Hommage à Raab Slimane, l’une des victimes du printemps noir



Nous étions le 28/04/2001. Slimane et ses amis sortent de leur village Iguersafene. Ils veulent se rendre à Bouzeguène. Juste avant d’entamer le …

Slimane Raab est né le 19/08/1978. En 2001, il avait 23 ans, l’âge des rêves qui s’épanouissent, des rêves qui rêvent de devenir réalités, des rêves qui veulent investir la cour des grands, la cour des hommes. Hélas! Les gendarmes ont décidé autrement.

Nous étions le 28/04/2001. Slimane et ses amis sortent de leur village Iguersafene. Ils veulent se rendre à Bouzeguène. Juste avant d’entamer le voyage, Slimane mangea un sandwich dans le fast-food des Brahmi, situé en face du CEM Chellah Mohand. Il prit ensuite une photo chez le photographe situé à côté du fast-food. Slimane prononça ces paroles prémonitoires devant ses amis :-« Maintenant, je suis tranquille, si je meurs, mes photos resteront comme des souvenirs. »

Slimane et ses amis arrivent à Bouzeguène vers 13 heures. Ils trouvent une situation tendue, chaotique entre les gendarmes et les jeunes de la région. Un climat de guerre régnait dans le chef lieu et ses environs. Les jeunes lançaient des pierres en criant : Pouvoir assassin ! Pouvoir assassin ! Les gendarmes ripostaient avec des gaz lacrymogènes et quelques fois, ils utilisaient des balles réelles. L’une d’elles atteindra Slimane Raab au cou.

Gravement blessé, dégoulinant de sang, Slimane ne survivra pas à ses blessures. Evacué d’urgence vers Azazga puis Tizi-Ouzou, il résistera pendant 15 jours à la mort avant de rendre l’âme le 12/05/2001. Une pierre est restée dans sa main comme un symbole de résistance, un souvenir impérissable du printemps noir quand des jeunes de toute la Kabylie se sont soulevés contre un pouvoir dictatorial, écrivant avec rage la liberté sacrée avec leur sang.  Raab Slimane est enterré devant la mairie d’Idjeur. Son souvenir restera eternel.  Repose en paix Slimane. Que Dieu t’accueille dans son paradis !

Hammar Boussad pour Tamurt

Laisser un commentaire