Honteux et inadmissible !



Le secrétaire général du Satef, Boualem Amoura, a fait partie des syndicalistes arrêtés hier dimanche au cours de la marche de l’intersyndicale à Alger. Il lance ici un cri contre les dépassements qu’ont connus les manifestants au cours de cette journée.

Ne dit-on pas qu’un âne ne deviendra jamais un cheval de course ! Ne dit-on pas qu’un pouvoir dictatorial ne deviendra jamais démocrate !

Alger bouclée. Alger en état de guerre !

Le SATEF partie prenante de l’intersyndicale et membre actif dans la journée de protestation organisée à Alger, tient à dénoncer d’une façon la plus énergique la répression sauvage dont ont été victimes les manifestants qui sont venus exprimer pacifiquement leur mécontentement contre la loi sur la retraite, le code du travail et pour défendre le pouvoir d’achat.

La répression féroce et sauvage à l’encontre de nos militants et de tous les travailleurs est inadmissible et démontre de la panique dont est pris ce pouvoir qui excelle dans le génie du mal et de la répression.

Des enseignantes, des médecins, des enseignants et des Algériens de tous les secteurs ont été tabassés et embarqués pour des destinations inconnues.

Cela est inadmissible dans une Algérie libre et indépendante. Nous ne pouvons tolérer ces dépassements, comme nous tenons à dénoncer les soient-disant « députés » de la majorité qui ont vendu leurs âmes au diable contre de l’argent.

L’histoire retiendra le combat de chaque acteur et sa place dans le combat pour la démocratie et pour l’intérêt du peuple.

Au moment où certains font l’histoire, d’autres se font de l’argent sur le dos des Algériens.

Le SATEF tient à remercier les députés de l’opposition qui ont été présents avec nous à la grande poste et dans les commissariats.

Les syndicats autonomes ont brisé le mur de la peur en ce mois de novembre symbole d’une révolution grandiose et ils sont déterminés à continuer le combat pour défendre les intérêts des travailleurs.

L’Algérie est à la croisée des chemins et les syndicats autonomes sont prêts à assurer et à assumer leurs rôles et à prendre leurs responsabilités pour une construction d’une Algérie prospère où beaucoup de mères ont soufferts.

A toute fin utile, nous tenons à remercier toutes les travailleuses et travailleurs qui ont répondu favorablement à notre appel.

Comme nous tenons à remercier tous nos amis(es) de la presse qui ont tenu à nous accompagner dans notre combat dans la quête de la vérité et nous tenons aussi à dénoncer la violence dont ils ont été victimes dans l’accomplissement de leur travail

P/ Le bureau national élargi, le secrétaire général : Boualem Amoura

Alger, le 27 novembre 2016

Source : lematindz.net

Laisser un commentaire