Ighil Imoula : les maisons où a été reproduite la Proclamation du 1er novembre classées



L’arrêté de classement des deux maisons où a été dactylographiée et reproduite la proclamation du 1er novembre 1954 a été publié en juin dernier dans le Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire (JORAP), a-t-on appris lundi auprès de la direction de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Ces deux maisons, situées dans le village historique d’Ighil Imoula dans la commune de Tizi N’Tlata, à 40 km au Sud de Tizi-Ouzou et perché à 700 mètres d’altitude face au massif montagneux du Djurdjura, ont été utilisées par des Moudjahidine pour reproduire l' »Appel » au peuple algérien et à l’opinion publique internationale annonçant le déclenchement de la lutte armée de libération nationale », a-t-on indiqué dans un communiqué émanant de la direction de wilaya de la culture.

L’arrêté ministérielle (du ministère de la Culture) du 28 avril 2016 portant classement des « deux maisons où a été dactylographiée et reproduite la proclamation du 1er novembre 1954 à Ighil Imoula », stipule que ces habitations appartenant aux martyrs Ben Ramdani Aomar et Idir Rabah « sont classées sur la liste des biens culturels ».

L’article premier de cet arrêté rappelle que les deux demeures « ont abrité deux évènements historiques majeurs, à savoir la dactylographie et la reproduction du document référentiel du déclenchement de la guerre de libération nationale, premier appel adressé par le secrétariat général du Front de Libération Nationale au peuple algérien, en date du 1er novembre 1954, dans le but de militer pour l’indépendance de la Nation ».

Ce classement aura pour impact la préservation de ces deux témoins physiques de la guerre de libération nationale puisqu’il est stipulé dans l’article 2 de ce même arrêté que « l’occupation, l’utilisation et l’exploitation des deux monuments historiques, doivent se conformer aux exigences de la conservation des biens culturels » et que « Toute construction ou intervention sur et dans les deux monuments ainsi que dans leurs abords est soumise à autorisation du ministre chargé de la culture ».

C’est dans une chambre, située au-dessus du magasin du chahid Rabah Idir, qu’a été reproduit le fameux Appel. La ronéo qui a servi à cette opération a été ramenée du domicile familial d’Abane Ramdane à Azzouza (Larbaa Nath Irathen) par Ali Zamoum, Mohamed Saad et Ben Ramdane Mohamed, selon le témoignage d’un membre de la famille Idir.

Un peu plus loin de cette habitation se trouve le domicile du Chahid Ben Ramdani Omar où a été dactylographié, dans la nuit du 26 au 27 octobre 1954, sur stencils et par le journaliste chahid Laichaoui Mohamed, le document historique qui a signé l’acte de naissance du Front de libération nationale (FLN), tout en énonçant les objectifs de la Révolution, les moyens de lutte et les conditions du cessez-le-feu.

Outre ces deux maisons historiques, l’arrêté de classement, sur la liste des biens culturels, du site archéologique d’Ath Rhouna, situé dans la localité d’Azeffoune, à 70 km au nord-est de Tizi-Ouzou, a été également publié, a-t-on précisé à la direction locale de la Culture.

Cet arrêté ministériel stipule que « les servitudes d’utilisation du sol ainsi que les obligations à la charge des occupants du site archéologique et de sa zone de protection, doivent se conformer avec le plan de protection et de mise en valeur du site archéologique et de sa zone de protection (PPMVSA) ». Ce site, situé dans le village d’Ath Rhouna, renferme des monuments funéraires plus connu sous l’appellation « allées couvertes » qui remontent à la période néolithique.

« Le classement des sites est une procédure qui permet la protection, la préservation et la mise en valeur de notre patrimoine historique et culturel qui constituent des témoins et des référents pour la mémoire collective nationale », a souligné la directrice locale de la culture, Nabila Goumeziane.

APS

Lire l’article depuis sa source : lematindz.net

Laisser un commentaire