Interpol recherche 123 suspects dans le monde



Immigration clandestineL’opération «Hydra» a déjà permis l’arrestation de 26 personnes et la localisation de 31 autres.

123 suspects sont recherchés à travers le monde dans le cadre d’une vaste opération de lutte contre les réseaux d’immigration clandestine menée par Interpol, a annoncé jeudi l’organisation internationale de coopération policière, basée à Lyon (France).

Ciblant un total de 180 suspects, l’opération «Hydra» qui implique 44 pays mais aussi l’organisation Europol, a déjà permis l’arrestation de 26 personnes et la localisation de 31 autres, a précisé Interpol dans un communiqué.

Parmi les membres de ces réseaux toujours recherchés, 11 font l’objet d’une publicité particulière de la part d’Interpol qui lance un appel à témoins pour permettre leur arrestation. «Ce sont des gens particulièrement difficiles à localiser», a commenté une porte-parole d’Interpol.

Ressortissant malaisien recherché par l’Espagne, Bosnien pisté par la Croatie, Azerbaïdjanais, Modalve, Bulgare, Slovène, Afghan, Irakien, Vietnamien, Pakistanais, Erythréen: ces 11 personnes sont des «malfaiteurs recherchés au niveau international», souligne Interpol.

Annoncée en octobre

L’organisation internationale de coopération policière, basée à Lyon, avait annoncé en octobre le lancement de cette opération «Hydra», destinée à favoriser l’échange d’informations sur la localisation des filières de passeurs et à améliorer le travail en réseau des enquêteurs.

Comme à son habitude, Interpol avait livré peu de détails sur les modalités de cette opération: calendrier ou moyens.

Construite sur le modèle de précédentes opérations qui ont visé des fugitifs, suspectés de meurtre, pédophilie, viols ou trafic de drogue, «Hydra» a notamment mobilisé 28 officiers de police spécialisés dans la lutte contre l’immigration clandestine, de 24 nationalités différentes, au siège d’Interpol durant sa «phase opérationnelle» du 9 au 13 mai.

«Les réseaux criminels impliqués ne se préoccupent pas de la sécurité ou du bien-être des gens usant de leurs services illégaux, qui ne sont juste pour eux qu’un autre moyen de faire des affaires, avec comme nous l’avons vu des résultats tragiques à travers le monde», relève Michael O’Connell, directeur de l’unité de soutien opérationnel d’Interpol, dans le communiqué.

«L’opération Hydra est destinée à démanteler ces réseaux, à les empêcher de profiter de la détresse des gens et à les amener devant la justice et nous voudrions encourager quiconque disposant d’informations à se manifester», ajoute-t-il. (afp/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire