Intoxications alimentaires à Constantine : les salles de fêtes principal foyer



Toutes les intoxications alimentaires signalées ces dernières années à Constantine ont eu lieu « dans les salles des fêtes », a relevé lundi le directeur du commerce, Azzouz Goumida.

S’exprimant en marge du lancement de la campagne nationale de sensibilisation et de prévention des intoxications alimentaires, le même responsable a indiqué à l’APS que « toutes les intoxications alimentaires enregistrées ces dernières années à Constantine ont eu lieu dans les salles de fêtes ». Le directeur du Commerce, qui a rappelé l’important dispositif mobilisé localement pour lutter contre les dépassements et les infractions commerciales, a indiqué qu’un programme d’action a été établi, récemment, en vue d’intensifier et de renforcer les opérations de contrôle des salles de fêtes et autres espaces où sont organisées les cérémonies et célébrations.

La campagne de sensibilisation et de prévention des intoxications alimentaires, devant se poursuivre jusqu’au 19 mai courant, ciblera, a-t-il dit, outre les cafés, les restaurants et cités universitaires, les différentes salles des fêtes à travers le territoire de la wilaya. Cette opération, initiée dans le cadre du programme d’activités du ministère du Commerce, est organisée en collaboration avec le mouvement associatif versé dans le domaine de la protection du consommateur sous le slogan « La prévention des intoxications alimentaires, l’affaire de tous ». Une centaine d’agents de la direction du commerce et une dizaine de véhicules munis de plus de 10.000 dépliants visiteront les différents types de commerces situés dans les douze (12) communes de la wilaya, a informé M. Goumida, faisant part de l’impact de cette campagne nationale sur la santé du consommateur d’autant qu’elle coïncide avec l’approche du mois sacré du Ramadhan et la saison estivale.

Un travail de proximité dans les marchés hebdomadaires ou autres est également prévu dans le cadre de cette opération nationale qui sera mise à profit pour donner des conseils et autres orientations pour un mode de consommation « sain et correct », a souligné M. Goumida, précisant que des directives seront ainsi données aux commerçants (producteurs, vendeurs et distributeurs) pour respecter les normes requises, en matière de stockage notamment. « La santé du consommateur implique tout le monde à commencer par le consommateur lui-même en passant par les commerçants et les associations », a considéré le même responsable, mettant l’accent sur l’importance de la sensibilisation et la vulgarisation dans le développement de nouvelles traditions de consommation.

Ont pris part à cette campagne, outre les associations chargées de la protection du consommateur, les scouts musulmans, a souligné le même responsable, qui a également insisté sur l’importance répression pour la protection du consommateur. Dans ce contexte, M. Goumida a indiqué que durant les quatre mois de l’année 2016, la direction du commerce a réalisé plus de 9.000 interventions donnant lieu à l’établissement de plus de 1.300 procès-verbaux et la proposition de fermeture d’une vingtaine de locaux.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Lecourrier-dalgerie.com

Laisser un commentaire