Juncker refuse toute négociation avant que Londres ne notifie sa sortie



A l’issue du référendum du 23 juin, le Royaume-Uni a décidé de quitter l’UE. Dès le lendemain, les hauts responsables européens, dont les présidents du Conseil européen, de la Commission européenne et du Parlement européen, ont appelé Londres à rendre effective la décision du peuple britannique « dès que possible ».

Il n’y aura pas de négociation, ni d’échange avec le Royaume-Uni tant que Londres n’aura pas officiellement prévenu ses partenaires européens de sa volonté de quitter l’UE, a insisté mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

« Il est important de comprendre qu’il n’y aura ni négociation ni échange tant que nous ne recevons pas une notification (sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, ndlr) », a-t-il indiqué mercredi lors d’une conférence de presse.

Ainsi, il a réitéré la déclaration faite hier dans laquelle il a ordonné aux membres de la Commission européenne et aux directeurs généraux de s’abstenir de toute négociation avec le Royaume-Uni avant la réception de la notification en question.

« Pas de négociation sans notification », a-t-il répété une fois de plus.

Et d’ajouter que les 27 dirigeants des pays de l’UE (sans le Royaume-Uni), lui-même et le président du Conseil européen Donald Tusk, avaient prévenu Londres qu’après sa sortie de l’UE, son accès éventuel au marché unique passera par l’acceptation des quatre libertés fondamentales européennes, à savoir la libre circulation des biens, la libre circulation des capitaux, la libre circulation des services et la libre circulation des personnes.

« Nous avons fait passer le message au Royaume-Uni qu’il n’y aura pas d’accès au marché intérieur à la carte », a-t-il clarifié.

Evoquant le sommet de l’UE qui s’est tenu mardi au niveau des 28 dirigeants des pays de l’UE et mercredi à 27 (sans le Royaume-Uni), M.Juncker l’a qualifié d’extrêmement productif.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire