La culture amazighe s’invite, en février, à Nogent-sur-Oise (France)



Une dizaine de personnes originaires de Kabylie s’apprête à s’envoler pour la France sur invitation de l’ACBO (Association Culturelle des Berbères de l’Oise) qui active très exactement à Nogent-sur-Oise dans le département de l’Oise en région hauts-de-France pour participer à une semaine culturelle in situ dédiée à la Kabylie.

Parmi ces personnes invitées, on retrouve des artistes, des bijoutiers, des écrivains ainsi que des couturières de mode berbère. « Nous voulons faire sortir la culture berbère de son espace naturel pour la faire connaître dans d’autres horizons géographiques. Après l’hommage à Matoub Lounès qui s’est déroulé ici le 25 juin 2016, nous voulons diversifier nos activités dans d’autres domaines qui font que notre culture a survécu des siècles comme l’artisanat, la peinture, la couture, la littérature etc… « , nous déclare Karim Bazziz, président de cette association que nous avons joint au téléphone. L’ACBO travaille d’arrache-pied depuis des mois pour la réussite de cette semaine culturelle qui se tiendra la deuxième quinzaine du mois de février 2017.

Karim Bazziz, nous apprend aussi que tous les membres de l’association sont à l’œuvre pour ne laisser aucune fausse note venir perturber la bonne réussite de cet événement hors normes. « La culture amazighe mérite plus que ça de notre part. La période des vœux pieux est révolue. Désormais, il n’y a que le travail qui payera à long terme », ajoute-t-il. Pour Benamghar Rabah, romancier, invité pour cet événement, le déplacement vaut son pesant d’or. « C’est la première fois que je suis invité hors du pays pour parler de mon roman, je m’en vois très honoré et je ferai tout pour être à la hauteur. J’attends juste le visa, comme tous les autres invités, des autorités consulaires françaises» nous apprend celui-ci.

Pour Mme Amirouche. S, célèbre couturière dans la région de Tigzirt en Kabylie maritime dans la wilaya de Tizi Ouzou, le déplacement en France en vue de faire connaître notre habit traditionnel est une consécration qui n’a pas de prix. « Je suis très honorée par cette invitation et je ferai tout pour bien représenter la Kabylie, à travers la couture traditionnelle qui n’a rien à envier à la mode des autres civilisations », déclare cette dernière. « Par cette action, nous voulons prouver au monde et à nos compatriotes dans l’hexagone que nous ne sommes pas des apatrides.

Bien au contraire, nous voulons leur dire que notre intégration et notre attachement au pays d’accueil ne veut nullement dire un reniement de nos origines. Nous voulons assumer notre statut d’Amazighs de France avec fierté. Nous voulons juste dire pour terminer que cet événement sera un prélude à beaucoup d’autres manifestations de ce genre pour que vive notre culture dans ce monde de mondialisation qui s’affole », termine Mr Bazziz, président de l’ACBO. Notons qu’un grand gala artistique avec deux monuments de la chanson amazighe est prévu le 25 février 2017 pour clore ce rendez-vous culturel en France métropolitaine qui sont, en l’occurrence, Mohamed Allaoua et Djaffer Ait Menguellet. Ce gala se tiendra dans un château de la ville de Nogent-sur-Oise.

B.A.B

Source : lematindz.net

Laisser un commentaire