La femme non voilée est présentée comme une traînée par Hani Ramadan



SUISSE (Tamurt) – Les controversés frères Ramadhan continuent de défrayer la chronique par leurs sorties fracassantes en tout genre. Que ce soit Tariq ou Hani Ramadhan, à chaque fois qu’ils s’expriment ouvertement, leurs déclarations ne se font pas attendre pour avoir un effet boomerang.

Invité à s’exprimer dans une école à Genève, le directeur du Centre islamique, Hani Ramadan, frère aîné de Tariq, n’a pas mâché ses mots en faisant passer la femme non voilée « pour une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe d’une main à l’autre ». En contrepartie, la femme voilée est présentée comme « une perle protégée dans des coquillages » par ledit prédicateur.

Au demeurant, cette famille au passé sulfureux, dont le grand-père, Hassan El Banaa, fondateur du mouvement des Frères musulmans en Égypte, fait dans la surenchère et la provocation. Épicentre du fondamentalisme religieux, les frères musulmans, dont les petits-fils de Hassan El Banaa, pérennisent cet héritage, que d’aucuns n’estiment pas bénéfique pour l’humanité, mais dans les déclarations ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd. Et pour enfoncer le clou davantage, Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève explique la maladie du sida comme étant une « punition divine à l’encontre des comportements déviants ». « La personne qui respecte strictement les commandements divins est à l’abri de cette infection », dixit le prédicateur.

Les déclarations intempestives et provocatrices des deux frères Ramadan, de nationalités suisses, se servent de la liberté de l’expression et du principe de la démocratie pour s’attaquer virulemment aux fondements des lois républicaines et de l’égalité. Le discours haineux et hargneux desdits islamistes jauge les esprits obtus de leurs frères musulmans qui frisent la démesure, dont le maitre mot est « qala allah qala arrassoul…», « dieu a dit, le prophète a dit.. »

Amnay pour Tamurt

Lire l’article depuis sa source : tamurt.info

Laisser un commentaire