La Grande-Bretagne se retire de l’UE, est-ce la faute de Merkel?



Nombreux sont ceux qui cherchent aujourd’hui une explication au Brexit, en se demandant quoi ou qui aurait pu pousser la Grande-Bretagne à quitter l’Union européenne.

Effrayés par une invasion inédite de migrants, les Britanniques se sont détournés de l’Union européenne, en pointant du doigt la politique des portes ouvertes proclamée par la chancelière allemande Angela Merkel, figure de proue de l’UE, signale la presse internationale. 

« S’il y a quelqu’un qui a poussé la Grande-Bretagne à la sortie de l’Union européenne, c’est Angela Merkel avec sa décision autocratique et impulsive d’ouvrir les portes de l’Allemagne et ensuite de l’Europe tout entière à 1,1 million de migrants du Proche-Orient et d’Afrique du Nord », a notamment estimé l’analyste David Frum dans les pages de la revue The Atlantic

Et d’ajouter que la victoire du Brexit avait bel et bien montré que les Britanniques étaient préoccupés par la saturation de leur pays suite à la politique de mondialisation mise en place. 

Selon M.Frum, les Britanniques ne font plus confiance aux élites européennes qui illustrent leur incompétence, voire leur incapacité à protéger leurs populations face aux conséquences de la mondialisation en cours. 

L’ONS (Office for National Statistics) du Royaume-Uni signale que quelque 630.000 étrangers se sont installés dans le pays rien qu’en 2015. En 25 ans, plus précisément entre 1990 et 2013, la population britannique est passée de 57 à 65 millions de personnes, alors que le taux de natalité est bien inférieur à celui de l’accroissement démographique. A ces rythmes, d’ici 2026, la population du Royaume-Uni dépassera 70 millions d’habitants, la moitié de cette croissance étant due aux migrants.                                    

La migration massive constitue un fardeau supplémentaire pour les écoles et les hôpitaux, tout en gonflant les prix du logement à Londres et en désavantageant les Londoniens face aux immigrés fortunés. Somme toute, plus de 200.000 Britanniques de souche quittent le pays chaque année pour aller chercher une vie meilleure en Australie ou aux Etats-Unis.  

Les Britanniques ont voté jeudi à 51,9% des voix en faveur d’une sortie de l’Union européenne, contre 48,1% de votants favorables au maintien, selon les résultats définitifs publiés vendredi par la commission électorale britannique. Quant aux Ecossais, 62% d’entre eux ont voté pour le maintien de leur pays au sein de l’UE contre seulement 38% pour la sortie de l’UE.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire