La mission spatiale à destination de l’astéroïde menaçant décolle demain



La première mission spatiale de l’histoire vers l’astéroïde Bénou, qui menace de rentrer en collision avec la Terre, décollera demain de la base de lancement de Cap Canaveral.

Le 8 septembre 2016, à l’aide du lanceur Atlas V de la compagnie United Launch Alliance (ULA), la fusée dotée de l’appareil spatial OSIRIS-Rex sera lancé depuis la base de lancement de Cap Canaveral afin d’effectuer l’étude de l’astéroïde Bénou. La sonde devrait atteindre l’astéroïde en août 2018, prélever des échantillons sans atterrir, et revenir sur Terre en 2023.

Le satellite de 800 millions de dollars (711,7 M EUR) est déjà installé à bord du lanceur. Les essais avant l’embarquement sur le cosmodrome ont été renforcés en raison de l’accident récent du missile Falcon 9 de la compagnie SpaceX.

Après avoir atteint l’astéroïde en 2018, l’appareil spatial collectera des données spécifiques telles que des mesures et des photos, des prélèvements d’échantillons de sol à l’aide de sa main robotique et tout ceci sans atterrir, mais en s’approchant très près de la surface de l’astéroïde. Selon les scientifiques, la sonde n’aura que 5 secondes pour réaliser ces prélèvements. D’après les suppositions, l’appareil atterrira en 2023 sur l’un des déserts de l’Etat de l’Utah à l’aide de parachutes. Les échantillons seront envoyés aux quatre coins de la planète, comme c’était le cas avec la poussière lunaire.

Ce n’est pas par hasard que l’astéroïde Bénou a été choisi. Il est à noter qu’il a été nommé d’après l’oiseau mythique Bénou créé, selon la légende, à partir du cœur du dieu égyptien Osiris. Selon les spécialistes, il y a une forte probabilité pour qu’il entre en collision avec la Terre entre 2169 et 2199. Le diamètre moyen de Bénou est de 500 m. Sa collision avec notre planète serait alors ressentie comme l’explosion d’une bombe de 2700 mégatonnes d’équivalent TNT. Pour comparer, l’énergie dégagée par l’explosion de l’appareil explosif le plus puissant créé par l’homme, la Tsar Bomba, a été beaucoup moins puissante — de l’ordre de 58 mégatonnes d’équivalent TNT.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire