L’alliance pour stopper Trump arrive un peu tard



Etats-UnisLes candidats républicains Ted Cruz et John Kasich ne peuvent plus gagner. Mais ils peuvent faire barrage à Donald Trump

Tout sauf Trump. Ni Ted Cruz ni John Kasich ne peuvent plus espérer obtenir assez de délégués pour être désignés par la convention républicaine en juillet. Alors le sénateur du Texas et le gouverneur de l’Ohio ont décidé dans la nuit de dimanche à lundi de coordonner leurs stratégies de campagne pour faire barrage à Donald Trump. Le but? «Avoir une convention ouverte à Cleveland, où un candidat capable d’unifier le parti et de gagner en novembre sera désigné», déclarait John Weaver, conseiller de Kasich à Politico. Il faut empêcher le milliardaire populiste d’obtenir assez de délégués pour être désigné d’office par la convention. Mais Trump n’est plus qu’à 392 délégués du nombre lui assurant d’être désigné. Ses adversaires se sont réveillés un peu tard!

Cette alliance va cependant se concrétiser rapidement. Ted Cruz va dépenser plus dans l’Indiana, qui vote le 3 mai, et laisser le champ libre à John Kasich dans l’Oregon (17 mai) et le Nouveau-Mexique (7 juin). «Nous allons nous concentrer sur l’Oregon et le Nouveau-Mexique, deux Etats dont la structure du vote est proche de ceux du Nord-Est où le gouverneur Kasich obtient de bons scores», ajoute-t-il. Ce sont aussi deux Etats plus petits, où les moyens financiers limités de Kasich auront plus d’impact.

Ces menteurs sont désespérés

Mais l’enjeu principal de ce pacte est de permettre à Ted Cruz de gagner dans l’Indiana, où Trump a six points d’avance dans les sondages. Le Texan dépensera un million de dollars en spots publicitaires. C’est un changement radical de stratégie pour le sénateur qui s’évertuait jusqu’ici à persuader les électeurs que le match se jouait entre lui et Trump. Il ne se privait d’ailleurs pas de diffuser des spots négatifs sur Kasich.

Dans un tweet, Donald Trump a réagi vivement à ce pacte. «Les menteurs Ted et Kasich sont mathématiquement morts et totalement désespérés», ironisait-il.

Le défi de Pennsylvanie

Avant ces deux primaires décisives, le scrutin aura lieu en Pennsylvanie, dans le Maryland, le Connecticut, le Delaware et Rhode Island, ce mardi. Les deux premiers Etats sont les plus disputés des cinq. En Pennsylvanie, la primaire permet de désigner 17 délégués au niveau de l’Etat (que Donald Trump peut aisément remporter), ainsi que 54 délégués des districts. Or, à cette échelle-là, le milliardaire n’est pas assuré de faire carton plein.

(24 heures)

Source : www.24heures.ch / Par Olivier Bot

Laisser un commentaire