L’ambassadrice du Canada à la rencontre des femmes à Batna



Dans la journée de lundi, l’ambassadrice du Canada, Isabelle Roy a été accueillie dans la wilaya de Batna, par le wali Salamani Mohamed.

C’est en compagnie de M. Eric Orvest, résident du PNUD en Algérie ainsi que la directrice de la gouvernance locale au niveau du ministère de l’Intérieur que se sont tenues les journées de formation des élues organisées par le ministère de l’Intérieur. L’ambassadrice, Isabelle Roy, a indiqué au Matin d’Algérie que « cette formation pour le renforcement des capacités des élues de la wilaya, (150 en moyenne à chaque session, Ndlr), intervient après celles des élues des wilayas de Relizane et Mascara en septembre ».

Elle poursuit : « Cette session de renforcement des capacités s’inscrit dans le cadre d’un programme d’appui à la participation politique effective et durable des femmes dans les assemblées élues, sachant que cette expérience a déjà vu le jour, après l’adoption du système des quotas dans les assemblées ». On apprend aussi par Isabelle Roy que les Nations unies en général et le PNUD en particulier appuient à travers le monde les efforts nationaux pour une participation politique des femmes dans la vie politique. En outre, Isabelle Roy estime qu’il est évident d’apporter un soutien aux organisations féminines de la société civile pour mieux faire avancer leurs revendications dans les institutions publiques ainsi élargir leur influence en politique.

« L’Algérie est classée deuxième après le Rwanda en matière de système de quotas, lequel est à 64% des femmes dans les élections quant à l’Algérie le quota s’élève à presque 50% », a-t-elle expliqué. La moyenne mondiale de la représentation de la femme au parlement est de 21.3%. Ceci est loin de l’objectif de 30% proposé par la conférence de Beijing en 1995. Il faut souligner que les élections législatives et locales de l’année 2012, grâce à la loi obligeant la participation féminine ont permis une percée remarquable des femmes au sein des assemblées élues. Et la loi organique du 12 janvier 2012 a contribué largement à se hisser l’Algérie au 26e rang mondial.

Si l’on en croit Isabelle Roy, l’égalité entre les hommes et les femmes est le principal socle d’un développement durable et surtout de la paix dans le monde. Cette approche est confortée par l’agenda 2030, selon les statistiques de l’Union parlementaire internationale. Il est à savoir que les partenaires dans le financement de ce programme lancé depuis 2013, sont le Royaume de la Norvège, le Canada, les Pays Bas, et la Grande Bretagne, apprend-on.

Abdelmadjid Benyahia

Source : lematindz.net

Laisser un commentaire