L’atteinte aux institutions constitutionnelles et à leurs symboles, une « ligne rouge »



ALGER- Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, a indiqué jeudi que l’atteinte aux institutions constitutionnelles et à leurs symboles était une « ligne rouge à ne pas franchir ».

L’atteinte aux institutions constitutionnelles et à leurs symboles est « une ligne rouge à ne pas franchir », a précisé M. Bedoui qui répondait à une question d’un journaliste sur la campagne de presse hostile à l’Algérie et à ses institutions menée par certains médias en France.

« Il est de notre devoir en tant qu’Algériens de ne pas tolérer qu’il soit porté atteinte à nos symboles et à nos institutions constitutionnelles », a ajouté le ministre en marge d’une séance plénière à l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales.

La protestation énergique du ministère des Affaires étrangères contre cette campagne est une « réaction appropriée », a affirmé M. Bedoui.

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a élevé mercredi une protestation énergique auprès de l’ambassadeur de France, Bernard Emie, qui a été convoqué au siège du ministère des Affaires étrangères suite à la campagne de presse hostile à l’Algérie et à ses institutions, menée en France dans différents médias et à travers d’autres activités publiques.

M. Lamamra « a fait valoir le fait que ladite campagne malveillante et fallacieuse -que l’invocation de la liberté de la presse ne saurait aucunement justifier- a atteint son paroxysme avec des manipulations diffamatoires délibérément dirigées contre l’institution présidentielle », avait indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire