L’avenir s’annonce incertain pour le groupe El Khabar



La fermeture du quotidien El Khabar et la chaîne de télévision KBC ne semble pas être complètement exclue après l’annulation du rachat du groupe de presse par une filiale de Cevital par le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs. Lors d’une conférence animée à la maison de la presse, l’avocat du ministère de la Communication était clair sur cette question. « Si la décision est exécutée aujourd’hui, le journal ne peut pas paraître demain et s’il est imprimé, il pourrait y avoir des poursuites pénales », a affirmé Me. Nadjib Bitam. La décision peut être exécutée même si les avocats (d’El Khabar) font appel au niveau du Conseil de l’État, assure-t-il.

Les avocats du groupe El Khabar pourraient introduire une action en référé pour demander un délai pour l’exécution de la décision. Mais le groupe de presse se retrouve dans « une situation très difficile » après l’annulation de son rachat, selon l’avocat qui ne donne pas la date de l’exécution du verdict.

Quid des quatre milliards de dinars déboursés par Ness Prod pour le rachat du groupe ? La décision d’annulation n’oblige aucunement les actionnaires à rendre l’argent d’autant plus que certains d’entre eux ont peut-être fait des investissements, selon lui. « S’ils veulent rendre l’argent à l’amiable, c’est bon. S’ils ne veulent pas. Il faut déposer plainte pour récupérer son argent », a souligné Me. Bitam.

« La responsabilité doit être assumée par celui qui a racheté », poursuit l’avocat qui laisse entendre que le montant du rachat pourrait être plus important que celui qui a été véritablement mentionné dans le contrat.

Au cours de son intervention, l’avocat du ministère de la Communication est revenu sur le déroulement de l’action en référé pour le gel du rachat et l’action au fond pour l’annulation dudit rachat du groupe de presse en contestant le retrait des avocats du groupe qui a eu lieu à la dernière minute, selon lui.

Source : tsa-algerie.com / Hadjer Guenanfa

Laisser un commentaire