L’avocat d’Issad Rebrab : « A qui le tour ? »



Khaled Bergheul est l’un des avocats de Cevital dans l’affaire de la vente du journal El-Khabar à Cevital du milliardaire Issad Rebrab. Interrogé par le Matindz, il affirme que  » le procès n’était que simulacre  » et que la décision de gel de la transaction sera suivie d’une autre portant annulation de la transaction, d’ici au 15 juillet au plus tard.

Dans ce dossier, la justice s’est totalement alignée sur les positions du ministre de la Communication, lui-même agissant au nom de plus hauts responsables.

Les textes juridiques donnaient pourtant raison à El-Khabar et Cevital : ce n’était pas au ministre ni au gouvernement d’interférer dans cette affaire, c’était à l’autorité de régulation de le faire. Mais on a fait un procès sur mesure pour « habiller » juridiquement une décision politique. C’est pourquoi nous nous sommes retirés. Quand bien même il y aurait eu quelque omission ou négligence dans la conduite de la transaction, il était possible de trouver un compromis. Mais telle n’était pas la volonté du gouvernement. Sa volonté, c’était d’empêcher Issad Rebrab de disposer de nouveaux médias par tous les moyens. Ce n’est pas le respect de la réglementation qui les motive, c’est le contrôle des médias. Par la force : l’arrestation des dirigeants de KBC est un épisode éloquent à ce propos.

Pourquoi le gouvernement n’avait-ils pas réagi avant la conclusion de la transaction ou pendant le processus qui s’est étalé sur plusieurs semaines ? Au final, un investisseur algérien vient de perdre quatre milliards de dinars (rien n’oblige les propriétaires d’El-Khabar de restituer l’argent), un quotidien influent est menacé dans son existence, ne sachant pas à qui il appartient vraiment. Ce flou va certainement provoquer sa fermeture. Si on ajoute les affaires de KBC et du nouveau siège d’El-Watan, on a envie de se demander haut et fort : « A qui le tour ? » »

Djamila T.

Lire l’article depuis sa source : lematindz.net

Laisser un commentaire