Le chanteur Zayen rend hommage à la femme africaine



À l’occasion de la célébration du 8 mars, journée internationale de la femme, le chanteur Zayen a été, mardi dernier, l’hôte de l’APC d’Illoula Oumalou, dans la daïra de Bouzeguène, à une soixantaine de km à l’est de Tizi Ouzou.

À cette occasion, toutes les femmes exerçant au niveau de l’administration communale ont été conviées à cette rencontre avec l’artiste, à la grande salle de la mairie. Selon le P/APC, l’objectif était de permettre aux femmes de rencontrer le chanteur, débattre avec lui à propos de son dernier album au titre assez évocateur Uccen D Umeksa, (Le chacal et le berger), sorti le 4 avril 2015.
La salle, chichement préparée pour la circonstance, fut assaillie par des femmes de tous âges et surtout par les employées des services administratifs de la commune. Tous les intervenants ont loué les luttes incessantes de la femme pour recouvrer ses droits spoliés et d’affirmer, qu’en dépit des acquis arrachés, le combat est encore long et semé d’embuches pour un idéal de parité et de justice. Ce à quoi, la parole est donnée à l’artiste pour exprimer lui aussi ses sentiments à l’occasion de cette journée. “J’ai choisi cette date symbole pour être parmi vous, dans la région qui m’a enfanté. C’est la moindre des choses car cela fait partie de mon objectif qui vise à rencontrer tous ceux et toutes celles qui veulent créer et activer au sein des associations et de pouvoir apporter mon expérience et ma contribution à toutes les personnes qui luttent au quotidien”, a-t-il souligné. Et d’ajouter : “J’ai préféré commencer dans ma région natale avant d’entamer une série de rencontres-dédicaces à travers le pays et à l’étranger.” De nombreuses questions ont ensuite fusé à propos de son album et de ses projets. Le chanteur a saisi cette  occasion pour faire la promotion de son album et, à travers lui, la promotion de la langue amazighe. L’album est une compilation de neuf chansons puisées de la poésie du terroir. “Le dernier album est le cinquième d’une longue série qui a débuté en 1994. Je produis un album tous les quatre à cinq ans. Je me donne le temps de réfléchir pour faire du bon travail”, a-t-il déclaré.
Malek Bachi, un autre artiste de la région, a encensé l’artiste : “J’admire votre engagement et votre professionnalisme. Vous vous êtes indubitablement engagé dans l’art du chant, ce qui n’est pas facile. Un travail sans relâche et des concerts ininterrompus à travers la planète.” Et de renchérir : “Cela vous donne des longueurs d’avance par rapport à d’autres artistes qui se lancent et qui marquent de longs temps d’arrêt. J’admire vos chansons, et vos albums sont intéressants en matière de richesse musicale et de rigueur des textes que d’aucuns vous reconnaissent.” L’artiste a ensuite égayé l’assistance par deux de ses plus belles chansons. Tafrikant (la femme africaine) est  la chanson qu’il a choisie pour rendre hommage à la femme et en particulier la femme kabyle, et Baden Baden, répétées en chœur par toute l’assistance.
Zayen a ensuite fait le tour de la salle en offrant une rose à chaque femme en guise de reconnaissance et d’amour. Toute l’assistance a été ensuite conviée à une sympathique collation.

Kamel Nath OUKACI

Source : www.liberte-algerie.com / NATH OUKACI Kamel

Laisser un commentaire