Le dictionnaire amazigh au centre des débats du colloque qui se tient à Bgayet



BGAYET (Tamurt) – Pour le haut commissariat à l’amazighité, le colloque international sur la confection des dictionnaires monolingues en tamazight qu’il organise depuis ce samedi et ce jusqu’au lundi, au campus d’Aboudaou de l’université de Bgayet, s’inscrit dans le sillage de la constitutionnalisation de Tamazight comme langue officielle. Pour son secrétaire général, Si El Hachemi Assad, il est nécessaire de mettre en synergie les compétences et préparer l’assise de l’académie de la langue amazighe.

Le coup de starter officiel a été donné par le ministre algérien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui a commencé son intervention par un « Azul » hypocrite sachant que ce dernier a toujours présenté un penchant arabo-baathiste.

Une trentaine de professeurs universitaire, venus de Suisse, Canada, Angleterre et Maroc, débattront, trois journées durant, sur les questions théoriques et méthodologiques à l’élaboration du dictionnaire et des problématiques liées à sa confection. Comme le soulignera le professeur  Kahlouche, président du comité scientifique d’organisation, l’apprenant amazigh a besoin d’un dictionnaire monolingue pour résoudre un certain nombre de problématiques.   

Mustapha El Adak, professeur de linguistique amazighe à l’université d’Oujda (Maroc), a disserté autour du traitement à accorder à l’idiomatie dans la lexicographie amazighe alors que Docteur Lydia Guerchouh, de l’université de Tizi Wezzu, développera le thème de la racine au mot en lexicographie. Mustapha Tidjet, de l’université de Bgayet, expliquera le classement des unités dans un dictionnaire amazigh. La trentaine de communications ont été classées par thèmes lexicographiques. 

Laisser un commentaire