Le droit du peuple palestinien au retour, un droit « sacré »



ALGER- Les représentants du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP) et du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) ont affirmé samedi à Alger, lors d’une conférence à l’occasion du 68e anniversaire de la « Nekba » que le droit du peuple palestinien au retour était « sacré.

Dans son intervention lors de cette conférence placée sous le slogan « Soutien à l’Intifadha populaire et à la résistance sous toutes ses formes », le représentant du FPLP, Saleh Mohamed, s’est attardé sur les facteurs, les constantes et les objectifs de l’Intifadha actuellement en cours dans les territoires palestiniens, soulignant que « le droit au retour au pays de notre peuple réfugié et le recouvrement de tous ses biens spoliés depuis 1948 sont un droit inviolable ».

« Les opérations de judaïsation, de déplacement des citoyens palestiniens, de spoliation des terres, de détention, de retrait de l’identité et de destruction des maisons à Al Qods Echarif ne sont que la face visible de la Nekba qui se poursuit encore » a-t-il précisé avant d’insister sur l’importance de mettre en place une administration capable de « réaliser les objectifs de l’Intifadha et de la protéger au plan politique ».

Mohamed al Hamami, représentant du FDLP a souligné quant à lui, l’ »importance de l’attachement à l’unité du peuple palestinien tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays et au refus de tous les plans visant à radier son droit au retour ».

Il a ajouté en outre, que l’unité du peuple palestinien qui commence par celle de ses forces politiques devra inexorablement se manifester par une vision et une stratégie unifiées qui garantissent la complémentarité des capacités du peuple palestinien face à l’occupant israélien », estimant nécessaire de mettre fin à la division et de réaliser l’unité nationale.

D’autre part, le représentant du Front de libération de la Palestine, (FLP), Abdenasser, a indiqué que la « Nekba était une étape décisive dans la vie du peuple palestinien et de celle des peuples arabes », faisant remarquer « la meilleure chose à faire pour l’Intifadha réside dans la proclamation immédiate de l’unité nationale sur la base des fondements politiques et l’application des accords y afférents signés ».

Le 15 mai de chaque année, les Palestiniens commémorent la Nekba (catastrophe) qui a consisté à chasser 800 000 Palestiniens de leurs terres vers d’autres régions du monde en 1948 après l’annonce de la fondation de l’Etat d’Israël en terre palestinienne.

Environ 40% des réfugiés palestiniens vivent dans des camps en Cisjordanie et la bande de Ghaza. Les autres éparpillés dans des camps en Syrie, au Liban, en Jordanie et d’autres pays.

Laisser un commentaire