« Le fascisme rose » en France



Ce concept ou expression est d’Emmanuel Todd, l’un des plus brillants et des plus intelligents politologues français qui exprime le climat délétère , à la fois, et explosif qui règne actuellement en France qui se débat, depuis quelques mois, dans une crise multiforme et épouvantable. Grèves dures, manifestations massives, attentats islamistes épouvantables et même une météorologie catastrophique qui a ruiné plusieurs secteurs clés de l’économie de ce pays.

Cette situation due à une contradiction organique grave ; un pouvoir socialiste qui applique une politique ultra-capitaliste très dure et très injuste vis-à-vis de la France d’en bas.

Dès lors, un état et un climat de déliquescence se sont installés dans ce pays ; du coup, l’État devenu faible, tiraillé et dévergondé est tenté par la répression, le mensonge, la désinformation et l’appel à des astuces dangereuses, comme cette histoire de casseurs qu’il a créé peut-être, lui-même.

Souvent, aussi, dans les États en crise, la police se met à jouer un rôle suspect, sinon, comment peut-elle accuser un syndicat comme la CGT qui a été fondé il y a plus d’un siècle et qui compte plus de 800 000 membres ( plus que tous les militants de tous les partis français réunis !!! ) d’être un syndicat- casseur ; alors que tout le monde sait que les casseurs ont toujours haï la CGT. Une autre manœuvre : on met tout sur le dos de la CGT, alors que l’intersyndicale compte 7 organisations dont la puissante FO dont ni l’État français ni les médias français, souvent complices ; ne parlent.

Déjà la Constitution de la Ve République pensée par De Gaulle et qui a été taillée pour lui, a quelque chose de viscéralement monarchique, de l’ordre de l’absolu, voire du divin. On a même traité le Premier ministre français et le premier secrétaire de la CGT, d’Espagnols qui n’ont qu’à revenir à leur Ibérie natale, parce qu’ils se nomment Valls et Martinez.

Des déclarations, des gestes et des attitudes du président François Hollande sentent, aussi, la provocation, la ruse et la perversion. Ce qui n’est pas digne de la France mais d’un certain fascisme rampant et habile.

Ce qu’Emmanuel Todd appelle « le fascisme rose ».

À bon escient ? Certainement.

Source : tsa-algerie.com / Rachid Boudjedra

Laisser un commentaire