Le gouverneur de Tokyo éclaboussé par un scandale de corruption



Sous la pression publique, le gouverneur de Tokyo Yoichi Masuzoe a été contraint de démissionner, suite à de nombreuses allégations de malversations financières.

Yoichi Masuzoe a été éclaboussé par un premier scandale en avril, quand des journalistes ont fait état de ses voyages hebdomadaires hors de la ville dans une voiture du gouvernement.

Plus tard, l’attention des médias a été attirée par des voyages en famille, des dîners dans des restaurants coûteux et des voyages à l’étranger. Selon certaines estimations, le montant de ses dépenses pour neuf visites officielles depuis plus de deux ans a dépassé 200 millions de yens (environ 1,67 millions d’euros).

L’indignation des Japonais a également été causée par le fait que le gouverneur dépensait, outre l’argent public, les fonds politiques constitués par des dons de sympathisants et destinés uniquement au paiement des campagnes électorales, à la sensibilisation du public, etc.

Par ailleurs, la commission « indépendante » créée par le gouverneur a constaté que, si l’homme politique n’avait pas violé la loi, il y avait eu des « dépenses injustifiées sur le plan moral ».

M.Masuzoe a reconnu son erreur d’un point de vue éthique. Il a assuré qu’il rendrait l’argent dépensé et a promis de réduire de moitié son salaire ou même de renoncer à tout salaire. Enfin, il a émis le souhait que la question de sa démission ne soit pas soulevée avant la fin des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, car Tokyo accueillera les prochains JO d’été en 2020.

Mais son sort était déjà scellé. Le gouverneur démissionnaire a fortement terni l’image de son Parti libéral-démocrate (PLD) à la veille des prochaines élections législatives en juillet prochain.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire