Le Kremlin se prépare à un vaste remue-ménage



Cette affaire-ci de corruption est sortie juste avant les élections législatives, et ce n’est pas un hasard. Dmitri Zakhartchenko, haut responsable …

Russie Sans surprise, le parti de Poutine a remporté les législatives dimanche, selon les projections. Cela devrait surtout accélérer le nettoyage interne.

Cette affaire-ci de corruption est sortie juste avant les élections législatives, et ce n’est pas un hasard. Dmitri Zakhartchenko, haut responsable d’une branche de l’agence de lutte contre les crimes économiques, a été arrêté avec 120 millions d’euros en diverses devises découvertes en cash dans un appartement et une voiture.

Quelque 300 autres millions d’euros auraient été trouvés sur des comptes bancaires suisses. Inculpé pour corruption massive et abus de pouvoir, Dmitri Zakhartchenko dirigeait une équipe chargée de traquer les… sources de détournements. Six mois après que le président Poutine a lancé un énième plan anticorruption, exigeant «des résultats tangibles», la détention de ce «protégé» du ministre de l’Intérieur devrait provoquer une vague d’arrestations et de démissions.

«Ce n’est pas un hasard si cette affaire et d’autres interviennent au moment des législatives», insiste le politologue Evgueny Gontmakher. Après les élections qui ont peu mobilisé et promettaient dimanche soir, sans surprise, la victoire à Russie unie avec plus de 44% des voix selon les sondages, le politologue s’attend à un vaste remue-ménage au sein du pouvoir. Les élections vont justifier et accélérer la redistribution des cartes et des postes au sommet.

Le très impopulaire Dmitrii Medvedev, leader du parti et chef du gouvernement, pourrait être remercié. Viatcheslav Volodine, le premier chef adjoint de l’administration présidentielle, vrai gardien du Kremlin étonnamment présent sur la campagne électorale, prendrait la présidence de la Douma. L’actuel speaker de l’assemblée, Sergueï Narychkine, ex-agent du KGB et proche de Vladimir Poutine, est pressenti pour diriger les services secrets.

Reprise en main

Sous l’autorité de cette équipe politique renouvelée, les limogeages parmi les cadres de la police, de l’armée et des services spéciaux permettraient l’arrivée d’une nouvelle génération de «siloviki». Un processus commencé cet été. Ces hommes des forces de l’ordre se croyaient intouchables. La soudaine multiplication d’arrestations dans des affaires de corruption, connues sans doute de longue date par les autorités mais révélées uniquement au moment des législatives, semble relever d’une opération coordonnée.

Avec un double objectif: nettoyage et verrouillage pour mettre fin aux abus, et écarter tous ces hauts responsables trop gourmands pour créer de nouvelles équipes dévouées. Et reprendre en main un système qui, profondément corrompu, risquait de finir hors contrôle.

Dans le contexte des législatives, l’affaire Zakhartchenko est loin d’être la seule à défrayer la chronique. Andreï Belianinov, puissant patron depuis une décennie du lucratif service fédéral des douanes, a dû démissionner après que dix millions de roubles, 400 000 dollars et 300 000 euros en billets ont été découverts chez lui, soigneusement empilés dans des boîtes à chaussures. Ancien membre du KGB, il passait jusque-là pour l’un des hauts fonctionnaires les mieux protégés face aux velléités des enquêteurs anticorruption, précautionneux et sélectifs dans leurs recherches.

Rivalités

Tout cela intervient sur fond de rivalités entre le FSB (l’un des héritiers du KGB) et le Comité d’enquête (parquet parallèle au service direct du Kremlin). Hasard ou non, les services du premier ont d’ailleurs arrêté cet été le vice-président et plusieurs des enquêteurs du second, accusés d’avoir fermé les yeux sur les activités d’un parrain de la mafia en échange de pots-de-vin d’un million de dollars. Alexandre Bastrykine, président du Comité d’enquête, a annoncé qu’il quitterait son poste après les législatives. Une décision qui, loin des choix électoraux des Russes, confirme la volonté du Kremlin de renouveler les cadres et de renforcer son autorité. (24 heures)

Source : www.24heures.ch / Nikita Robert

Laisser un commentaire