Le livre sera édité en septembre 2016 « Le fils du pauvre » en japonais



JAPAN (Tamurt) – Le roman « Le fils du pauvre » de l’écrivain kabyle Mouloud Feraoun sera disponible dès le mois de septembre prochain en langue japonaise et au Japon. En effet, le premier roman moderne algérien, qui raconte la vie quotidienne dans un village kabyle, a été traduit par une grande universitaire du Japon, en l’occurrence la Professeur en littérature Aoyagi Etsuko.

Désormais, les lecteurs japonais pourront avoir accès pour la première fois à un roman écrit par un romancier kabyle plusieurs décennies après sa première parution. La traductrice du roman de Mouloud Feraoun a consacré plusieurs années de sa vie à travailler sur la traduction de ce très beau roman, devenu un classique incontestable afin que le lectorat japonais puisse y avoir accès. Pour les besoins de mener à bien ce travail de traduction, car traduire Mouloud Feraoun  n’est pas du tout une sinécure ni une mince affaire, Aoyagi Etsuko a dû effectuer plusieurs séjours en Algérie et plus particulièrement en Kabylie.

Elle y a rencontré plusieurs hommes de culture avec lesquels elle a réalisé des entretiens au sujet de Mouloud Feraoun et de son principal roman dans la perspective de bien s’imprégner de l’univers Feraounéen. L’universitaire japonaise a eu également à rencontrer Ali Feraoun, le fils de l’écrivain qui lui a également prodigué conseils et aide.

La traductrice de Mouloud Feraoun en japonais a déclaré à la presse qu’en lisant les romans de Mouloud Feraoun, elle a eu un véritable coup de foudre pour le style d’écriture de l’écrivain de Tizi Hibel. Ce style l’a subjugué, car, tout en étant simple, il revêt en même temps une profondeur inouïe et une esthétique qu’on retrouve rarement chez d’autres écrivains.

Lyès Medrati pour Tamurt

Source : Lyes Medrati

Laisser un commentaire