Le mouvement associatif et les ligues des droits de l’Homme présents



Dans l’après-midi, les allocutions des associations de la société civile ont répondu par leur présence. La plupart ont soutenu les résolutions de l’Icso et ses engagements. La ligue des droits de l’homme représentée par Me Salah Debbouze a insisté dans un bref discours à « considérer les libertés des citoyens qui doivent nous rappeler l’exigence de transparence et de vérité ».

Des représentants de syndicats, des membres de Rachad ont répondu également par leur acte de présence. Mais le conclave de Zéralda a vu des absents comme le FFS, Mouloud Hamrouche, Louisa Hanoune et Lakhdar Bouregaa qui restent les principaux amateurs de la Coordination de l’opposition. Une organisation correcte L’organisation de la deuxième conférencenationale de l’opposition s’est déroulée sereinement. Ni cacophonie, ni retard encore moins de palabres ennuyeux.

Chaque intervenant avait 10 minutes pour son allocution alors que 7 minutes ont été réservées aux militants associatifs. Le respect des horaires a été suivi avec minutie. Malgré une salle exigue qui ne pouvait que contenir 300 participants, le déroulement de la conférence s’est fait dans le calme et sans incidents. C’est un pas franchi par rapport à la première conférence de Mazafran de juin 2014.

Laisser un commentaire