Le parc automobile à plus de 5,6 millions de véhicules à fin 2015



Le parc national automobile (PNA) a enregistré une hausse de 4,75 % afin 2015 avec 5 683 156 véhicules comptabilisé, contre 250 000 véhicules l’année d’avant, selon les données de l’Office national des statistiques (ONS).

Cette augmentation s’explique par la hausse des immatriculations de véhicules neufs 2015 par rapport à 2014 de plus de 900 000 unités, soit un accroissement de 7,72%. Les immatriculations de véhicules neufs importés confirment leur mise en circulation effective alors que la ré- immatriculation consiste à établir une nouvelle carte grise suite à un changement de wilaya de résidence pour un véhicule circulant en Algérie.

Le nombre des opérations d’immatriculations et ré-immatriculations est passé de 1 397 554 opérations en 2014 à 1 505 403 opérations en 2015.

Il est observé, cependant, que le nombre des immatriculations des véhicules particuliers neufs a diminué passant de 301 722 unités en 2014 à 257 589 en 2015, soit une baisse de 14,63 %, indiquent les chiffres consolidés de l’ONS.

L’essentiel des immatriculations des véhicules automobiles neufs opérées en 2015 a été mené au cours du 2e semestre, soit 158 065, contre 99 524 immatriculations au cours du 1er semestre de la même année.

Il est constaté que, contrairement aux années passées avant l’introduction des licences d’importation, la quasi totalité (91,3%) des véhicules neufs importés en 2015 qui était de l’ordre de 282 119 unités a été immatriculée au cours de leur année d’importation. En 2014 par exemple, sur les 439 637 véhicules importés 301 722 unités avaient été immatriculées (68,6%), tandis que le reste (137 915 unités) avait été stocké.

S’agissant des importations des véhicules neufs, l’ONS note que le nombre de véhicules importés dans le cadre commercial par les concessionnaires s’est établi à 282 119 unités, soit une forte baisse de 35,8% par rapport à 2014, de même que pour le nombre de véhicules importés par des particuliers qui a atteint 16 596 unités, soit une baisse de 24%.

Un boom dès l’année 2011

Le parc national automobile a connu un « boom » dès l’année 2011 lors de laquelle plus de 1 million de véhicules ont été immatriculés et ré-immatriculés dont 234 889 véhicules neufs (22,46% du nombre total).

Par catégorie de véhicules, le PNA est constitué essentiellement des véhicules de tourisme avec 3 655 033 unités (64,31% de la totalité), des camionnettes avec 1 140 565 (plus de 20 %), des camions avec 402 189 (7,08%), des tracteurs agricoles avec 151 538 (2,67%), des remorques avec 139 199 (2,45%), des autocars et autobus avec 83 682 (1,47%), des motos avec 23 436 (0,41%) et des véhicules spéciaux avec 5 255 (0,09%).

La répartition du PNA selon les tranches d’âge des véhicules montre que le nombre des moins de 5 ans a atteint 1 368 549 unités, (24,08 % de la totalité du parc à fin 2015), des 5 à 9 ans à 892 196 véhicules (15,70%), des 10 à 14 ans à 508 815 (8,95%), des 15 à 19 ans à 187 067 unités (3,29%), des 20 ans et plus à 27 726 529 (47,98%).

Concernant la répartition du PNA par wilaya, l’ONS relève que les cinq premières wilayas qui comptent le plus grand nombre de véhicules sont Alger avec 1 496.561 unités (26,33% de la totalité), suivie de Blida avec 311 024 (5,47%), Oran avec 293.156 (5,16%), Constantine avec 204 843 (3,60%) et Tizi-Ouzou avec 199 507 (3,51%).

Quant aux types de carburants utilisés, l’organisme public des statistiques confirme que l’essence est la plus importante source d’énergie pour les véhicules avec une part de 65,67%, contre 34,33% pour le gasoil.

Notons par ailleurs que le ministère du Commerce vient d’adresser une nouvelle mise en garde aux concessionnaires sur l’obligation d’investir dans l’industrie automobile avant 2017. S’ils ne se conforment pas à cette donne, ils perdront leurs agréments et n’obtiendront pas de licences d’importation de véhicules l’année prochaine.

Dans ce rappel, il est noté par le secrétaire général du ministère qu’en application de l’article 52 de la loi de Finances 2014, j’ai l’honneur de vous rappeler que les concessionnaires automobiles bénéficiant de l’agrément du ministère de l’Industrie et des mines, sont tenus de réaliser un investissement industriel ou semi-industriel lié à leur activité automobile », écrit le secrétaire générale du ministère du Commerce dans le courrier adressé aux concessionnaires, début septembre.

Jeune-independant.net

Laisser un commentaire