Le Parquet s’oppose à des poursuites contre Zuma



Afrique du SudLe président sud-africain pourrait ainsi échapper à 783 chefs d’inculpation pour corruption.

Le parquet sud-africain a décidé lundi de faire appel d’une décision de justice stipulant que le président Jacob Zuma devait être poursuivi de 783 chefs d’inculpation pour corruption, a annoncé le procureur général. Une affaire de contrat d’armement figure au coeur du scandale présumé.

«J’ai décidé de faire appel du jugement rendu à l’unanimité par la Haute Cour de Pretoria», a déclaré Shaun Abrahams lors d’une conférence de presse à Pretoria.

Un président et des scandales

Fin avril, la Haute Cour de Pretoria avait estimé que le parquet avait agi de façon «irrationnelle» en abandonnant, en 2009 pour vice de forme, les charges de corruption pesant sur Jacob Zuma. Elle avait ajouté que cette décision «devait être revue», renvoyant la balle au parquet.

Les charges de corruption, racket et fraude fiscale avaient été abandonnées in extremis, quelques semaines seulement avant les élections générales de 2009 et l’arrivée à la présidence de Jacob Zuma. Ce dernier était soupçonné d’avoir sollicité des pots-de-vin pour l’attribution d’un important marché public d’armement de quelque 4,8 milliards de dollars (4,74 milliards de francs) à la fin des années 90.

La décision lundi du parquet de faire appel intervient alors que le président Zuma est embourbé dans plusieurs scandales. En vertu du système judiciaire sud-africain, il revient désormais à la Cour d’appel de se prononcer sur la recevabilité ou non de l’appel du parquet. (ats/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire