Le procureur de Tizi-Wezzu clôt le dossier sur l’assassinat d’Albert Ebossé



TIZI WEZZU (Tamurt) – Une source fiable du tribunal de la ville de Tizi-Wezzu a confirmé au journal Tamurt que le procureur de la République de cette ville est sur le point de clore définitivement le dossier sur l’assassinat d’Albert Ebossé.

« Le dossier sur l’assassinat d’Alber Ebossé, qui est entre les mains du procureur de la ville de Tizi-Wezzu, et dont personne n’a accès, est sur le point d’être ficelé. On ne connaît pas les conclusions des enquêtes, mais au tribunal certains fonctionnaires affirment qu’aucune suite ne sera donnée à cette affaire et personne ne sera poursuivi en justice. En d’autres termes, la vérité sur l’assassinat de ce joueur ne sera pas connue et il est fort possible que l’enquête soit classée sans suite.

On sait aussi que cette affaire est gérée dans le secret le plus total et aucune information ne doit sortir des bureaux du procureur », nous confie une fonctionnaire du tribunal de la ville de Tizi-Wezzu qui nous a par le passé informé sur l’implication de deux policiers dans cette affaire et qui ont été pourtant auditionné par le juge d’instruction. Aucune autre information n’a filtré sur la suite de cette affaire qui a fait couler beaucoup de salive et d’encre. Personne ne sait qui sont les deux policiers accusés dans cette affaire par la justice algérienne. Reste aussi à savoir si les autorités algériennes informeront la famille d’Ebossé sur la mise au tiroir de cette affaire qui a défrayé la chronique durant l’été 2014.

Pour rappel, le 28 aout 2014, le joueur camerounais Albert Ebossé, attaquant de la JSK, a été tué par un objet tranchant dans le tunnel menant vers les vestiaires du stade de Tizi-Wezzu à la fin d’une rencontre contre l’USMA. Hannachi, éternel président du club, avait déclaré dans les premiers temps que la victime a glissé avant de changer la version pour affirmer qu’il a été tué par des supporters par un jet d’un objet à l’intérieur du tunnel.

Le plus étrange aussi, c’est qu’Ebossé, âgé de 24 ans et père d’un petit enfant, a été tué en présence de plus de 100 personnes, dont ses coéquipiers, des policiers et des journalistes, mais personne n’accepte de témoigner. Étrange. On dirait qu’Ebossé a été tué dans un désert tout seul pas dans un stade de football à la fin d’une rencontre. Des journalistes aussi ont affirmé à Tamurt que Hannachi aurait menacé tout journaliste qui  écrirait autre chose que sa version. Pourquoi Hannachi fait tout pour protéger les vrais assassins ?   Même la presse algérienne n’est jamais revenue sur cet évènement.

Lounès B pour Tamurt

Source : Lounès B

Laisser un commentaire