Le RCD s’en prend au pouvoir et critique l’opposition parlementaire



Le RCD dénonce « l’impunité » voire « la protection », dont bénéficient, selon lui, les auteurs de corruption et de détournements faramineux de l’argent public. Le parti qui a réuni son secrétariat national hier a rendu public ce samedi 30 juillet un communiqué dans lequel il revient sur la situation économique et politique dans le pays.

Le RCD constate que la restriction dramatique des rentrées financières du pays « n’a pas suscité le choc attendu pour engager les réformes structurelles qui s’imposent ». Le gouvernement, selon la même source, « s’occupe à faire supporter l’austérité aux larges couches de la population et ne s’embarrasse d’aucun scrupule pour annuler des projets socio-économiques programmés ».

L’absence de cap et « l’incohérence » des différentes mesures prises, obscurcissent encore plus une visibilité « déjà malmenée par les interventions autoritaires récurrentes dans la sphère économique ».

Sur le plan politique, le RCD évoque « l’offensive » contre les quelques espaces de liberté épargnés jusque là. Une démarche qui prépare de son avis « un nouveau viol » de la souveraineté du peuple et vise à entériner, encore une fois, « une succession décidée dans et par un système clanique ».

Le RCD s’étonne aussi du fait que les récentes lois décrétées par le gouvernement n’ont donné lieu a aucune action concrète de la part des partis siégeant au sein du parlement. « Le pouvoir s’enfonce dans la production de lois anticonstitutionnelles sur lesquelles aucune des formations siégeant au parlement n’a estimé devoir saisir le Conseil constitutionnel », précise le communiqué.

Source : tsa-algerie.com / Achira Mammeri

Laisser un commentaire