Le reptile préhistorique le plus insolite du monde retrouvé en Chine



Une équipe de paléontologues chinois a découvert trois nouvelles espèces de reptiles herbivores du genre Pareiasaurus dans les provinces du Shanxi et du Shaanxi (Chine).

Les Pareiasaurus, précise le Linnean Society Zoological Journal, est un genre de reptiles préhistoriques ayant vécu pendant le Permien juste avant l’apparition des dinosaures.

D’après le chercheur de l’Université de Bristol (Angleterre), Mike Benton, ces reptiles, au physique pour le moins étrange, étaient les plus grands herbivores de leur époque.

De la taille d’une vache moderne, les Pareiasaurus ne manquaient pas de moyens pour se protéger contre les prédateurs potentiels: leur dos et leur tête étaient entièrement couverts d’une carapace osseuse, de bosses charnues et de protubérances disgracieuses. Ils aimaient se regrouper en meutes au bord d’étangs peu profonds et passaient une grande partie de leur vie dans l’eau.

Jusqu’à présent, les paléontologues avaient retrouvé des fossiles de Pareiasaurus en Sibérie, dans le bassin de l’Oural et en Afrique du Nord, mais jamais en Chine. Ainsi, cette découverte, dont l’authenticité a été confirmée par Mike Benton, permet d’affirmer que les Pareiasaurus ont réussi à conquérir à l’époque tous les aires climatiques du supercontinent préhistorique, plus connu sous le nom de Pangea.

Ces reptiles, plutôt lents et maladroits, se sont éteints lors de la Grande extinction du Permien-Trias il y a 252 millions d’années, suite à une éruption volcanique massive au nord de la Sibérie moderne, supposent les chercheurs.

L’extinction Permien-Trias ou extinction permienne est marquée par la disparition de 95% des espèces marines et de 70% des espèces vivant sur les continents, ce qui en fait la plus grande extinction ayant affecté la biosphère. Cet événement a été décrit par l’auteur D. H. Erwin comme « la mère de toutes les extinctions de masse ».

Cette extinction a entraîné une chute de la biodiversité en moins de 4 millions d’années. Il a fallu 100 millions d’années pour que cette biodiversité retrouve son niveau d’origine.

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire