Le sort de la CAN 2017 sera connu le 30 septembre



Une délégation de la FAF se rendra ce jeudi au Caire, dans le but d’assister aux réunions annuelles de la Confédération africaine de football. Côté FAF, la délégation ralliera l’Egypte en deux groupes. Le premier groupe s’envolera aujourd’hui mercredi et sera composé du président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, du vice-président de la FAF, Djahid Zefzef. Jeudi, le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, et Walid Sadi, président de la commission des équipes nationales, rejoindront le groupe ainsi que le SG Yahiaoui qui sera au Caire le 26 septembre. Durant les réunions des différentes commissions, il n’y aura pas de décision qui sera prise concernant la CAN 2017 où la situation reste très tendue du côté du Gabon. Selon nos informations, c’est le 30 septembre que le sort de la CAN sera connu. Ce jour-là, on saura si elle aura lieu au Gabon ou non.
La CAF n’a toujours pas prévu de plan B
Selon une source crédible, la Confédération africaine de football n’a pas encore prévu de plan B. Jusqu’à aujourd’hui, la CAF estime que la situation n’est pas grave au Gabon et que le calme va revenir. Mais au 30 septembre si la situation ne s’améliorera pas, il faut savoir que l’instance dirigée par Issa Hayatou prendra les mesures nécessaires pour trouver une solution à ce problème. D’autre part, on croit savoir que les responsables de la CAF sont en contact permanent avec les  Gabonais. Ces derniers ont dressé un rapport peu alarmant à la CAF. C’est cela qui a rassuré la CAF.
En cas d’émeutes lors de l’installation d’Ali Bongo, la CAF optera pour un plan B
Le premier virage décisif, c’est pour ce vendredi, lorsque l’ancien président réélu à sa propre succession, Ali Bongo, sera proclamé président de la République, après le recours de son opposant. Du coup, il risque d’y avoir de graves incidents, ce vendredi, à Libreville et dans les grandes villes gabonaises du fait que beaucoup contestent le résultat des élections. Du coup, en cas d’émeutes, la CAF n’attendra pas et envisagera à ce moment-là un plan B pour sauver sa CAN, comme ce fût le cas, il y a deux ans, lorsque le Maroc avait refusé d’abriter la CAN. Cette fois-ci, la CAF songerait à faire appel au pays voisin pour organiser cette CAN.
Le plan de la FAF pour préparer la CAN et le Nigeria
Du côté de la FAF, on observe de loin ce qui se passe notamment avec cette histoire de la CAN 2017 qui devrait ne pas se tenir sur le sol gabonais à cause du climat sécuritaire. Les opposants du président réélu, Ali Bongo, ne semblent pas prêts à accepter les résultats. Mais à la FAF, on fait comme si le tournoi sera maintenu au Gabon. On pouvait lire dans le communiqué du BF : «Pour ce qui est de la phase finale de la CAN-2017, qui se déroulera au Gabon du 14 janvier au 5 février 2017, la Fédération algérienne de football a, bien avant le tirage au sort prévu le 19 octobre 2016 à Libreville, pris toutes les dispositions pour dépêcher des précurseurs pour la préparation du séjour de la délégation algérienne qui sera, par tirage au sort, affecté dans l’une des quatre villes qui abriteront les matchs de la CAN : Libreville (deux stades), Franceville (un stade), Port-Gentil (un stade), Oyem (un stade)». Ainsi, juste après le match du Cameroun prévu le 9 octobre à Blida, Zefzef et Sadi s’envoleront pour le Gabon afin de  récolter le maximum d’informations et à partir de Libreville, ils rallieront le Nigeria pour préparer le séjour de l’EN. La FAF a, en effet, décidé, du coup,  de préparer les deux importants rendez-vous.
Hamza R.

Lebuteur.com

Laisser un commentaire