Une leçon à méditer. Par Hammar Boussad



Sur le tronc d’un grand arbre vivait un chat nommé Zizu. Devant l’arbre se trouvait un trou ou résidait un rat nommé Azru. Aux alentours de cet arbre, rôdaient constamment des chasseurs. Un jour, un chasseur plaça un filet juste devant la maison du chat. En sortant, Zizu se retrouva pris au piège. Affamé, le rat sortit de son trou avec moult précautions afin de chercher un peu de nourriture. Il vit le chat pris au piège. Sa joie fut de courte durée car en regardant derrière lui, il vit une fouine qui le convoitait. En regardant en haut de l’arbre, il vit une chouette qui surveillait ses faits et gestes. Menacé de toutes parts, il ne pouvait ni avancer, ni reculer.

Dans cette situation difficile, il garda son sang-froid et mit en œuvre une stratégie basée sur la sagesse et l’intelligence pour s’en sortir indemne. Il pensa :

-« Par nécessité de survie, je dois absolument me rapprocher du chat qui encourt le même danger que moi. L’intérêt commun nous commande de nous entendre pour sauver nos peaux d’une mort certaine qui nous guette. »

Le rat se rapprocha du chat et lui expliqua la situation avec des arguments convaincants :

-« Nous sommes tous les deux dans l’impasse. Ma survie dépend de la tienne et ta survie dépend de la mienne. Même si par le passé, nous étions des ennemis, nous devons impérativement taire nos divergences pour notre salut commun. »

Le chat comprit et accepta de bon cœur la grande sagesse du rat dictée par la survie. Le rat entreprit de délivrer le chat tout en gardant sa méfiance habituelle. Il délia tous les fils à l’exception du dernier, par mesure de sécurité. La fouine et la chouette n’osaient pas s’approcher, conscients de l’union tacite qui régnait entre le chat et le rat. Le chat remarqua les hésitations du rat dictées par le manque de confiance, il tenta de le rassurer :

-« N’aies-pas peur ! Je t’ai donné ma parole d’honneur. Pour rien au monde, je n’accepterai de trahir un ami qui m’a sauvé la vie. »

Malgré les assurances du chat, le rat garda sa méfiance légendaire. Il attendit jusqu’à ce que les chasseurs s’approchent pour libérer complètement le chat.

Le rat et le chat se sauvent chacun de son côté. Ils sont tous les deux hors de danger. Le lendemain, le rat rencontre le chat mais prend ses distances. Le chat l’invite à évacuer ses peurs pour renouer les liens d’amitié rompus depuis très longtemps, voire des siècles. Malgré la gentillesse et la patience du chat, le rat décline poliment l’invitation en lui disant franchement :

-« Nous resterons comme nous étions autrefois. Certes, nous avions fait la paix des braves momentanément pour écarter la catastrophe qui nous menaçait tous les deux mais maintenant, la nature reprend ses droits. »

Kalila et Dimna : Un conte traduit par Boualem Messouci,

Adapté par Hammar Boussad.

Laisser un commentaire