L’Eglise d’Algérie dans la tourmente



Le quotidien catholique français «La Croix» a révélé de nouvelles orientations pour l’Eglise catholique en Algérie après la nomination du nouvel ambassadeur du pape à Alger.

En effet, Mgr Luciano Russo, qui était nonce apostolique au Rwanda depuis février 2012, a été nommé nonce apostolique en Algérie et Tunisie par le pape François.

Italien, originaire de Caserte (Campanie), Mgr Luciano Russo a été ordonné prêtre en 1988 pour le diocèse campanien d’Aversa. Diplômé en droit canonique et entré au service diplomatique du Saint-Siège en 1993, il a successivement exercé dans les nonciatures en Papouasie-Nouvelle-Guinée, au Honduras, en Syrie, au Brésil, aux Pays-Bas, aux États-Unis, au Honduras et en Bulgarie.

Selon la même source, l’un des premiers dossiers qui attend Mgr Luciano Russo est la nomination de deux évêques en Algérie, un successeur pour Mgr Claude Rault, évêque de Ghardaïa et démissionnaire pour raisons d’âge et le remplacement du Jordanien Ghaleb Bader, nommé nonce au Pakistan en mai 2015 par le pape François, dont la charge d’administrateur apostolique au diocèse d’Alger est assumée par l’évêque de Constantine, Mgr Paul Desfarges.

C’est donc un diplomate aguerri que le Saint-Siège a choisi pour l’Algérie et la Tunisie, deux pays dans lesquels l’Église catholique exerce sa mission dans un contexte de grande fragilité, qu’il s’agisse de son statut -en Algérie notamment- comme de ses ressources humaines.

Pour ce faire, ce diplomate doit soit accrédité après avoir présenté ses lettres de créance auprès de la présidence de la République algérienne pour ensuite nommer un nouvel archevêque d’Alger et un successeur à Claude Rault.

En tout état de cause, d’après le journal La Croix, l’Eglise d’Algérie se retrouve à la croisée des chemins: «Confrontées au vieillissement de leurs membres, plusieurs congrégations religieuses ont été contraintes de partir ces dernières années. Leur remplacement est difficile et les vocations sur place quasi-inexistantes, alors que des fidèles affluent depuis quelques années : étudiants subsahariens venus étudier dans les universités du Maghreb, mais aussi migrants qui voient s’arrêter là leur route vers le Nord…». Aussi, l’Eglise d’Algérie joue maintenant un rôle important auprès des nombreux étudiants et migrants d’Afrique subsaharienne qui vivent dans ce pays et remplissent les églises.

Ces changements sont salutaires pour l’Eglise d’Algérie, qui compte 4 diocèses: Alger, Ghardaïa, Oran et Constantine, avec la nomination de membres du clergé venant de divers pays et de différentes «couleurs».

Echoroukonline.com

Laisser un commentaire