Les Moldaves manifestent en faveur de l’indépendance du pays



Les participants aux manifestations « Pour la Moldavie » qui se sont déroulées dans plusieurs villes du pays, dont Soroca, Edinet, Cahul et Ungheni, ont protesté contre le rattachement du pays à la Roumanie.

Les participants aux meetings organisés dans plusieurs villes moldaves ont adopté samedi une résolution en faveur de l’Etat moldave et contre le rattachement du pays à la Roumanie, rapporte la presse locale. 

Ces manifestations ont constitué, selon leurs organisateurs, une réponse au regain d’activité des unionistes souhaitant céder l’indépendance moldave à la Roumanie. 

« Le rattachement de la Moldavie à la Roumanie signifie la disparition de la nation moldave, la liquidation de l’autonomie des Gagaouzes et l’assimilation des minorités ethniques. La croissance vertigineuse du nombre d’unionistes au sein des structures de pouvoir, des instances judiciaires et de l’ordre, ainsi que dans les médias est particulièrement préoccupante », lit-on dans le texte. 

Les manifestants ont appelé à l’unité face à la droite radicale. Intervenant à Ungheni, le leader du Parti socialiste de la république de Moldavie, Igor Dodon, a annoncé qu’un grand rassemblement en faveur de l’indépendance de l’Etat moldave était prévu le 15 mai prochain à Chisinau. 

Une majorité de parlemantaires moldaves a entériné en amont une déclaration sur le principe d’inviolabilité de la souveraineté, de l’indépendance et de la neutralité permanente du pays. Ce document engage les députés à améliorer la législation nationale pour prévenir des attaques contre la Constitution et l’indépendance de la Moldavie. 

Selon les sondages, une majorité écrasante de citoyens moldaves s’opposent à l’idée de réunification avec la Roumanie. 

Coincée entre la Roumanie et l’Ukraine, la Moldavie, qui est le pays le plus pauvre d’Europe, est gouvernée par un régime corrompu qui joue à fond la carte européenne. Le pays compte un peu moins de 3,5 millions d’habitants répartis entre une majorité roumanophone et plusieurs minorités russophone, ukrainophone et turcophone (Gagaouzes). 

En 2014, la Moldavie a signé un accord d’association avec l’Union européenne, qu’elle souhaite intégrer. Pour l’heure, le gouvernement de Chisinau n’a mis en œuvre qu’une infime partie des critères de l’accord.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire