Les monuments historiques font partie de l’écriture de l’histoire de la Révolution



SETIF- Les monuments historiques constituent « une partie de l’écriture de l’histoire de la Révolution », a estimé dimanche à Sétif le ministre des moudjahidine, Tayeb Zitouni.

Le ministre a précisé, lors de son intervention à la Radio locale El Hidab de Sétif en marge d’une visite de travail et d’inspection dans cette wilaya, que les monuments historiques représentent une partie dans l’écriture de l’histoire de la Révolution de Novembre 1954.

« Accorder une importance à l’écriture de l’histoire nationale signifie prendre soin du message des martyrs et des moudjahidine », a estimé M. Zitouni avant d’insister que l’écriture de l’histoire « n’est pas uniquement l’affaire du ministère des Moudjahidine ».

« L’Algérie a franchi de grands pas en matière d’écriture de l’histoire de la Révolution glorieuse de novembre », a estimé le ministre, rappelant l’enregistrement de 13000 heures de témoignages des moudjahidine jusqu’à novembre 2015, l’achèvement de plusieurs films et documentaires traitant de la lutte armée pour le recouvrement de la souveraineté nationale, la récupération d’archives de 12 pays arabes, la publication de 150 ouvrages, ainsi que recensement de 3009 charniers de chouhada et 12200 centres de torture.

Le ministre des Moudjahidine a inauguré lors de sa visite dans la wilaya de Sétif un groupe scolaire baptisé du nom du chahid Messaoud Kaaloul dans la commune d’ Ain Oulmène.

Il a également inauguré à cette occasion dans la commune d’Ain Azzel, la stèle commémorative « Kitab Echahid » (Livre du martyr) comprenant les noms de pas moins de 323 chahid, ainsi qu’un centre de repos des moudjahidine et ayants droit dans la commune de Hammam Essokhna.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire