Les moteurs à antimatière deviendront-ils une réalité?



Des physiciens américains ont lancé une campagne sur Kickstarter (site Internet de crowdfunding) pour amasser les fonds nécessaires à la construction d’un moteur à antimatière.

Les physiciens Gerald Jackson et Steve Howe espèrent utiliser, pour des vols spatiaux, l’énergie qui se produit lors de l’annihilation mutuelle des atomes de matière et d’antimatière, rapporte le journal scientifique Popular Science.

Toutefois, cette source d’énergie est toujours insaisissable, parce que pour se rendre à l’étoile la plus proche grâce au vaisseau spatial de M.Jackson il faut 17 grammes d’antihydrogène. Mais actuellement, les accélérateurs de particules produisent une antimatière en quantités infimes, alors que la valeur d’un gramme est d’au moins 100 milliards de dollars.

Les questions de sécurité restent encore en suspens. Lors de la collision d’un gramme d’antimatière une explosion d’une puissance égale à l’explosion d’une bombe atomique se produira. Jusqu’ici, les scientifiques ont réussi à garder l’antimatière sous contrôle pour au maximum 1.000 secondes.

Selon le projet de M.Jackson et de M.Howe, l’antimatière doit lancer la réaction de fission atomique: l’uranium se diviserait en deux groupes de particules. L’un des groupes volerait vers l’avant frappant la voile spatiale en la déplaçant vers l’avant (comme le vent). L’autre volerait dans la direction opposée au mouvement de l’appareil en créant une source supplémentaire de traction.

Incapable de convaincre la NASA et de grands investisseurs de financer leur projet, les physiciens américains ont décidé de recourir au crowdfunding (financement participatif). Pour commencer, ils comptent recueillir 200.000 dollars pour créer un modèle qui permettra de mesurer la quantité réelle nécessaire à la traction du moteur.

Dans le cas d’un succès, ils feront appel de nouveau aux grandes entreprises pour amasser 100 millions de dollars afin de construire un prototype de l’appareil. Cependant, même selon les projections les plus optimistes, un vaisseau spatial à antimatière ne pourra pas voler avant dans 250 ans.

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire