Les organes de leur fille de 3 ans ont sauvé 3 vies



L’héroïsme de ces parents est énorme. Brisés par le deuil, ils prennent tout de même une décision importante et difficile: celle de sauver d’autres vies en danger.

Aux Etats-Unis, les parents de la petite Olivia Swedberg, Lauressa et Brock, ont fait don des organes de leur fille de trois ans, décédée suite à une tumeur au cerveau. Ainsi ils ont pu sauver les vies de trois autres personnes.

Olivia semblait être en bonne santé et ses parents ne pouvaient même pas imaginer qu’elle puisse être atteinte d’une maladie aussi grave. Lorsque les médecins l’ont découvert, ils ont dû constater que la maladie était incurable. Ni opération, ni chimiothérapie n’auraient pu aider à guérir l’enfant.

Le couple a alors décidé de faire de son mieux afin de rendre Olivia heureuse pour le peu de temps qu’il lui restait. Ils ont organisé des fêtes et sont partis en vacances avec elle. 

​Lorsque la petite est décédée, une femme a contacté la mère d’Olivia et lui a raconté l’histoire de son fils, Lucas Goeller. L’enfant avait 2 ans et était également menacé de mort, à moins que les médecins ne trouvent un foie à lui transplanter. C’est à ce moment que Lauressa et son époux ont pris la décision d’essayer de sauver Lucas.

​Et ils l’ont effectivement sauvé: l’opération s’est déroulée avec succès.

« Je suis en deuil et je suis anéantie, mais le fait de savoir qu’Olivia a sauvé ce petit garçon me donne du courage », a avoué Lauressa.

Olivia a aussi fait don de ses organes à un autre enfant, Angelo Giorno, mais l’aide est venue trop tard et l’enfant est décédé quelques semaines après l’opération.

Au total, 5 organes d’Olivia ont été prélevés. Ses reins ont sauvé la vie d’un jeune homme de 22 ans, son pancréas et ses intestins ont été transmis à Angelo, son cœur a été donné à un bébé âgé d’un an, tandis que son œil a permis à un aveugle de voir. Enfin, son foie a sauvé la vie au petit Lucas. 

S’il peut exister une consolation pour les parents qui perdent leur enfant, ça ne peut être que celle-là…  

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire