Les scientifiques démolissent le mythe de la pleine Lune



La pleine Lune, est-elle capable d’influencer le comportement humain, en particulier, provoquer des troubles du sommeil? Tout le monde est intéressé par la réponse à cette question compliquée. Cependant, une recherche effectuée montre qu’elle est tout à fait simple: la pleine Lune n’a aucun effet sur l’homme.

L’étude du sommeil et du comportement de presque 6.000 enfants, habitant sur des continents différents, a conduit les scientifiques à une conclusion étonnante: les phases lunaires n’ont aucune influence significative sur l’homme. Un article consacré à l’étude et à ses résultats a été publié dans la revue Frontiers in Pediatrics.

Selon Jean-Philippe Chaput de l’Institut de recherche d’Ontario de l’est (Ottawa) qui est un des auteurs de l’étude, les phases lunaires attireront toujours l’attention de l’humanité. Elles étaient considérées comme un vrai mystère qui cachait des particularités de la psychologie humaine et animale.

Pour essayer de dévoiler ce mystère, M.Chaput et ses collègues ont examiné les réactions de 5.812 enfants d’âge, de race et d’appartenance sociale différents aux changements des phases lunaires et à la pleine Lune.

Selon les explications du chercheur, son équipe a décidé de réaliser son expérience avec des enfants, parce que ces derniers sont souvent exposés à de brusques changements d’humeur et ont besoin de dormir beaucoup plus que les adultes.

L’examen des enfants a été réalisé sur 28 mois. Les scientifiques ont alors recueilli énormément d’informations sur la possibilité que les phases lunaires influencent l’humeur et le sommeil. L’analyse de toutes ces informations a permis aux chercheurs de découvrir que la Lune n’avait aucune influence sur les enfants, excepté une petite diminution du sommeil de 5 minutes, soit 1%.

M.Chaput souligne que le comportement des hommes est surtout exposé à l’influence des gènes, de l’éducation et du niveau social, et non aux forces gravitationnelles créées par l’interaction entre la Terre et la Lune.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire