L’ »étoile de la mort » a permis d’imaginer l’avenir du Système solaire



Les astronomes ont annoncé la destruction continue par la naine blanche WD 1145+017 de son système planétaire. Selon les scientifiques, cette observation permet d’imaginer l’avenir lointain du Système solaire, en particulier, de la Terre.

La recherche consacrée à cette naine blanche appelée « étoile de la mort » est publiée dans l’Astrophysical Journal Letters. Les résultats font également l’objet d’un article publié sur le site Daily Mail.

Il y a près de sept mois, les astronomes ont fixé des déplacements dans le système de WD 1145+017. Depuis ce moment-là, la part de la lumière bloquée par des débris de planètes a considérablement augmenté, de moins de 1% à 10 ou 11%. Ce changement reflète le processus de division des débris des planètes. Chaque objet est jusqu’à 4 fois plus grand que WD 1145+017.

La recherche effectuée a permis aux scientifiques d’avoir des preuves importantes de l’existence de six débris d’une ou de plusieurs planètes autour de l’étoile WD 1145+017. Des indices indirects montrent que ce nombre pourrait s’élever à 10 ou 15. Tous les débris suivent des orbites à la même distance que les objets spatiaux précédemment découverts et ensuite divisés, près de 840.000 kilomètres. Cette distance est près de 2 fois plus grande que celle entre les centres de la Terre et de la Lune.

Lors de recherches précédentes, les scientifiques avaient déjà découvert cette étoile de la mort, ils avaient mesuré la distance entre cette dernière et les débris d’une planète détruite et avaient ainsi présenté leurs estimations sur la quantité de matière circulant autour de WD 1145+017.

L’objet spatial WD 1145+017 qui se trouve à 570 années de lumière de la Terre est un exemple de ce qui pourrait arriver au Soleil dans plusieurs milliards d’années. Les scientifiques estiment dans quelques milliards d’années, le Soleil partagera le destin de WD 1145+017 et commencera alors à détruire les objets spatiaux l’entourant.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire