« L’Europe ne tolérera plus la condescendance des USA »



Selon le président Barak Obama, les Etats-Unis ont besoin « d’une Europe forte, prospère et unie » et aident toujours ceux qui en ont besoin. Mais la politique US à l’égard de l’Europe est tout à fait contraire, d’après un ancien secrétaire général adjoint de l’Onu.

L’Europe n’admettra plus la condescendance des Etats-Unis, elle souhaite avoir des relations équilibrées entre l’Occident et l’Orient, a déclaré l’ancien secrétaire général adjoint de l’Onu Hans-Christof von Sponeck.

« Ces dernières années, Washington nous dit: nous avons protégé les Européens, à présent, ils doivent faire un effort et se protéger eux-mêmes. Excusez-moi, nous n’avons pas besoin d’une telle protection. Nous avons besoin de relations équilibrées entre l’Orient et l’Occident. Quand je dis +nous+, je parle au nom de la plus grande partie de la société. Nous ne voulons plus soutenir le droit d’un pays à l’exclusivité et l’approche unilatérale dont Washington fait preuve. Nous ne le tolérerons plus », a indiqué le diplomate allemand commentant les propos du président américain Barack Obama sur « l’agression russe » en Ukraine et sur « la menace russe » qui pèse sur l’Europe unie et libre.

Le président Barack Obama avait déclaré, lors de sa récente visite à Hanovre, en Allemagne, que Washington avait besoin « d’une Europe forte, prospère et unie ».

« La chancelière allemande Angela Merkel et d’autres personnes nous ont rappelé que nous ne pouvons pas tourner le dos aux personnes comme nous qui maintenant ont besoin de notre aide », a noté le président Obama. 

Mais M.Sponeck se montre sceptique en commentant ces propos du numéro un américain.

« On peut toujours parler en bon orateur et quitter la scène en confiant aux autres la mission d’accueil des réfugiés. C’est précisément ce que font les Etats-Unis. Des personnes cyniques participant aux débats politiques demandent de leur fournir l’adresse postale pour y envoyer une facture avec les frais actuels des pays de l’Europe occidentale. Ce préjudice a été causé par l’intervention en Libye dirigée par la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, ainsi que par l’intervention en Irak conduite aussi par les Etats-Unis », a rappelé M.Sponeck.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire