L’ex-infirmier d’Auschwitz absent à son procès



AllemagneEn poste à l’arrivée du convoi d’Anne Franck, Hubert Zafke, 95 ans, est jugé à Neubrandenbourg, au nord de Berlin.

Hubert Zafke était absent ce lundi à l’ouverture de son procès. Il souffre de stress et de pensées suicidaires.

L’audience s’est ouverte lundi matin en son absence face à une salle d’une centaine de places réservées pour moitié à la presse et cernée par une dizaine de caméras. Hubert Zafke a été examiné la veille du procès par un médecin, qui a «fait état de pensées suicidaires, d’une réaction de stress et d’hypertension», concluant qu’il n’était «pas en état» d’être transporté ni d’être jugé, a expliqué au début de l’audience le président du tribunal, Klaus Kabisch.

Les parties civiles, qui dénonçaient avant même le procès le peu d’empressement du tribunal à juger Hubert Zafke, ont aussitôt réclamé une contre-expertise médicale. Elles avaient plus tôt demandé la récusation des magistrats.

L’audience a été suspendue après des échanges tendus et sarcastiques entre les parties civiles et le président, en attendant que le tribunal délibère sur cette demande. L’aptitude médicale de l’accusé à être jugé est la grande inconnue de ce procès, le tribunal ayant d’abord conclu à son incapacité avant d’être contredit en appel.

L’ex-SS doit répondre de complicité dans l’extermination d’au moins 3681 hommes, femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée dans le camp d’Auschwitz entre le 15 août et 14 septembre 1944. Il encourt de 3 à 15 ans de prison, une menace surtout symbolique vu son âge.

Rompre le silence

«Ce procès montre que la justice a parfois besoin de beaucoup de temps pour trouver son chemin», a estimé Christoph Heubner, vice-président exécutif du Comité international d’Auschwitz, devant le tribunal. «J’attends que l’accusé s’exprime dans la mesure où il peut le faire et qu’il rompe le silence qu’il a observé pendant toute sa vie’, a-t-il conclu.

Hubert Zafke est le second ex-SS à comparaître cette année en Allemagne, après l’ancien gardien d’Auschwitz Reinhold Hanning, jugé depuis le 11 février à Detmold (ouest), et avant une autre ex-sentinelle du camp, Ernst Tremmel, 93 ans, jugé dès le 13 avril à Hanau (ouest).

Une ancienne télégraphiste d’Auschwitz, Helma Kisser, 92 ans, a également été mise en accusation à la fin 2015, mais la tenue d’un procès reste conditionnée à l’évaluation de son état de santé. (afp/nxp)

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire