L’Independent, revient sur l’itinéraire de l’Emir Abdelkader pour discréditer la barbarie de Daech, et la mouvance Djihadistes Internationale



Après le massacre De Manchester … Oui, et après Nice et Paris, Mossoul et Abu Ghraib et 7/7 à Londres, le  massacre de Haditha – Rappelez-vous ces 28 civils, dont des enfants, tués par des Marines américains en Irak, Un  bilan plus lourd que celui de Manchester mais aucune minute de silence n’a été observé pour leur rendre hommage, rappel le journal qui explique que toutes les victimes du terrorisme par tout dans le monde méritent ne ce serait- ce une pensée.

 

Contrebalançant la cruauté n’est certainement pas la réponse. Juste un rappel. Tant que l’occident continu a  bombardé le Moyen-Orient au lieu de chercher à aider les peuples de cette région à obtenir  justice, nous continueront à subir la révolte de ces peuples.  La vision du Trumpisme entretenant la terreur, terreur, terreur, peur et la sécurité, une chose qu’on ne peut pas avoir à travers la banalisation de  la  mort dans le monde musulman, et la vente des armes à ses dictateurs. Tabler sur la « terreur » c’est permettre à Daech de gagner le combat. Croire en  la justice c’est remporter la bataille contre l’EI.

 

Je pense qu’il est temps de lever le voile sur  l’itinéraire  d’un grand homme en l’occurrence l’Emir Abdelkader – musulman soufi, Cheikh, féroce guerrier, humaniste, mystique, protecteur de son peuple contre la barbarie occidentale, protecteur des chrétiens contre les musulmans.

l’Etat algérien l’a honoré en rapatriant ses ossements a la maison de sa bien-aimée Damas, si noble qu’Abe Lincoln lui a envoyé une paire de pistolets Colt et les Français l’on décore de la grand-croix de la Légion d’honneur.  . Il aimait Le savoir, il admirait les philosophes grecs, il a interdit à ses combattants de détruire des livres, il adorait sa foi et la religion à laquelle il croyait. Il était en avance sur son temps sur les questions des droits de l’homme. Il demeure  une référence pour ceux qui ont eu la chance de lire son œuvre  et pour ceux qui connaissent le nom d’Abdelkader.

 

Nous devrions penser à  lui maintenant plus que jamais. Il n’était pas un « modéré », parce qu’il a combattu férocement les Français. Les occupants des terres de ses ancêtres.  Il n’était pas un extrémiste, car dans  sa prison  au château d’Amboise, il parlait des chrétiens et des musulmans comme étant des frères.  Il a bénéficié du soutien  et de l’admiration de Victor Hugo et Lord Londonderry et gagné le respect de Louis-Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III) et l’État Français lui a versé une pension de 100 000 francs. Il ne s’agit pas d’un cadeau, des gestes de reconnaissance pour la grandeur de l’homme, l’apotre de la fraternité.

 

L’itinéraire d’Abdelkader écrit Robert Fisk grand reporter de l’Independent et spécialiste du monde Arabe est un exemple qui illustre clairement que Daech ne représente pas l’Islam, car Un vrai musulman celui qu’il peut gagner les honneurs du monde.

 

Londres Boudjemaa Selimia.

Laisser un commentaire