L’ONU appelle à la mobilisation pour faire face à des besoins humanitaires sans précédent dans le monde



NEW YORK (Nations unies) – Le vice-secrétaire général de l’ONU, Jan Eliasson, a appelé à la mobilisation de la communauté internationale pour faire face à des besoins humanitaires sans précédent dans le monde aujourd’hui.

« Nous avons besoin d’une mobilisation pour faire face à l’impératif humanitaire et pour aider les millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui se trouvent en situation désespérée à travers le monde », a déclaré M. Eliasson lors d’un compte-rendu sur le rapport du Groupe de haut niveau des Nations unies sur le financement humanitaire.

Depuis que le rapport a été commandé, « les conditions sur le terrain ont encore empiré », a-t-il déploré.

En Amérique centrale, en Afrique, en Asie et dans le Pacifique, des millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, souvent causée par la sécheresse, parfois liée aux effets du phénomène El Nino. Des millions d’autres sont exposés au risque d’événements climatiques encore plus extrêmes, a-t-il expliqué.

« Outre ces catastrophes naturelles, le monde essaie de faire face à un certain nombre de situations atroces causées par l’homme. Le niveau de souffrance est extrêmement élevé et le mépris du droit humanitaire international a atteint des degrés choquants », a ajouté le responsable onusien.

Le vice-secrétaire général de l’ONU a, à cet égard, précisé que le conflit en Syrie a généré la pire crise humanitaire contemporaine, pays où « les conditions humanitaires dans les zones assiégées et difficiles d’accès sont intolérables et, avec le temps qui passe sans l’arrivée de secours, elles se détériorent encore ».

Par conséquent, « les flux de réfugiés sont spectaculaires et bouleversants. Les retombées sociales et politiques risquent de devenir incontrôlables », a-t-il encore déploré.

Dans cette optique, il a souligné l’importance de la conférence humanitaire internationale sur la Syrie qui se tient jeudi à Londres.

En perspective de cette conférence, l’ONU et ses partenaires ont lancé mardi un appel aux dons de 1,4 milliard de dollars pour sauver la jeune génération « perdue », alors que quatre millions d’enfants syriens, affectés par le conflit qui sévit dans le pays, ont besoin de l’éducation.

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire