L’UE a besoin de nouvelles approches pour résoudre la crise migratoire



L’Union européenne devrait trouver de nouvelles approches politiques et économiques pour résoudre la crise migratoire actuelle, estime Marina Kaljurand, ministre estonienne des Affaires étrangères.

Mme Kaljurand s’est exprimée au sujet de la politique européenne dans la situation de la crise migratoire actuelle lors de son discours à la conférence internationale de Tallinn, vendredi dernier. Elle estime que l’UE devrait diversifier ses approches pour lutter contre les problèmes liés à la crise.

La chef de la diplomatie estonienne juge possible le changement des principes de la politique commerciale européenne. Par exemple, l’Union européenne pourrait ouvrir son marché aux pays d’Afrique. Dans le même temps, la ministre estonienne souligne que l’Europe devrait s’appuyer sur la réalité politique et économique et mener des négociations avec chaque Etat d’où les migrants arrivent.

Mme Kaljurand indique que l’Union européenne devrait lutter contre la crise à ses sources. Une telle approche implique, en particulier, la signature d’accords concernant les migrants clandestins.

Par ailleurs, la ministre déclare que l’Estonie ne soutient pas le principe de la répartition obligatoire des réfugiés entre les pays de l’Union européenne, ainsi que la mise en œuvre du système des quotas pour accueillir des migrants. Cependant, l’Estonie prône un engagement plus large des pays de l’UE pour résoudre la crise migratoire actuelle.

Selon l’agence Frontex, 1,8 million de migrants sont arrivés dans l’Union européenne en 2015. Le bilan migratoire pour l’année dernière est déjà énorme mais l’Europe continue d’accueillir un nombre important de réfugiés. La crise migratoire actuelle semble être la plus grave depuis l’époque de la Seconde Guerre mondiale.

La conférence internationale de Tallinn est consacrée aux problèmes de sécurité et de politique internationale, ainsi qu’aux sujets liés à l’avenir de l’Europe et de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan).

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire