L’UEFA promet 10.000 policiers de plus pour renforcer la sécurité de l’Euro



Le ministère français de l’Intérieur et l’UEFA veulent empêcher l’entrée des supporters « dangereux » dans les stades du championnat d’Europe de football et séparer les fans des différentes équipes avant les matches.

L’Union des associations européennes de football (UEFA) envisage de renforcer les mesures de sécurité lors les prochains matches de football de l’Euro 2016 partout en France.

« Nous allons prendre des mesures de sécurité supplémentaires afin de renforcer le déploiement des services de sécurité dans les stades en collaboration avec les autorités locales », a déclaré à Sputnik le service de presse de l’UEFA.

Dimanche, le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a tenu une réunion d’urgence dans la foulée des troubles qui ont eu lieu au stade Vélodrome à Marseille samedi soir entre les supporters de l’équipe russe et de l’équipe anglaise. Lors de cette réunion, les autorités ont décidé d’appliquer des mesures supplémentaires afin d’empêcher l’entrée des supporters « dangereux » dans les stades et séparer les fans des différentes équipes avant les matches.

Le championnat d’Europe de football se tient en France du 10 juin au 10 juillet. Le ministère français de l’Intérieur a engagé plus de 87.000 employés des services de sécurité, dont 42.000 policiers, 30.000 gendarmes, 10.000 militaires et plus de 5.000 agents civils. L’UEFA a promis 10.000 policiers supplémentaires.

Ces derniers jours, le Vieux-Port de Marseille a été le théâtre de violentes bagarres entre les supporters russes et anglais. Après le match Angleterre-Russie, une série d’affrontements, notamment entre supporters, a fait 35 blessés.

L’UEFA, qui gère l’Euro 2016, a par ailleurs menacé le 12 juin l’Angleterre et la Russie de « disqualification » du tournoi « en cas de nouvelles violences » de leurs supporters, après les incidents de samedi à Marseille, avant et après le match Angleterre-Russie qui s’est soldé par un résultat nul (1-1).

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire