Mais qui sont donc les pires supporters du monde?



Vous êtes toujours persuadés que les supporters russes sont les plus fous et les plus dangereux du monde? Voici la sélection des pires affrontements entre supporters de l’histoire du football.

Bruxelles, 1985

Le drame du Heysel, qui a eu lieu le 29 mai 1985 à Bruxelles en Belgique est considérée comme l’une des tragédies les plus marquantes liées à une manifestation sportive et due au hooliganisme.

L’incident est survenu lors de la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions 1984-1985 entre le Liverpool Football Club (club de football anglais) et la Juventus de Turin (club de football italien). 

Plus d’une heure avant le début programmé de la rencontre, les supporters anglais ont envahi la tribune des Italiens. Sous la poussée, les supporters italiens ont reculé et se sont repliés vers l’autre extrémité de la tribune, causant une bousculade. Les grilles de séparation et un muret se sont effondrés sous la pression et le poids des supporters, faisant 39 morts et plus de 454 blessés.

Suite à cette tragédie, l’UEFA a mis en place toute une batterie de normes contraignantes avec, entre autres, obligation de places assises et a interdit pendant 3 ans à tous les clubs anglais de participer aux coupes d’Europe. Liverpool a été pour sa part privé de coupe d’Europe pendant 10 ans, peine finalement réduite à 6 ans.

Bruxelles et Charleroi, 2000

Le 16 juin 2000, à Bruxelles et à Charleroi, en Belgique, à la veille du match Angleterre-Allemagne, des supporters anglais ont également commis de nombreux actes de hooliganisme. 

Dans le quartier bruxellois de Beurs environ 300 Anglais ont participé à des affrontements avec des immigrés locaux.

Un autre incident s’est déroulé dans la capitale belge aux abords d’un pub irlandais. Des supporters anglais, qui, soi-disant, dégustaient paisiblement de la bière, auraient été provoqués par la police et entraînés dans un conflit.

Les heurts se sont propagés aux rues de Charleroi, où les supporters anglais ont organisé des bagarres avec des immigrés turcs. Afin de dissiper les Britanniques, la police a été obligée d’avoir recours aux gaz lacrymogènes mais également aux canons à eau. 

Pour faire face aux agents des forces de l’ordre, les Anglais se sont défendus avec des tables et des chaises empruntées pour l’occasion aux terrasses des cafés. Des médias ont fait état d’environ 800 interpellations parmi les supporters anglais la veille et le jour du match.

L’UEFA n’a cependant aucunement sanctionné la Fédération anglaise de football.

Port-Saïd (Egypte), 2012

L’émeute du stade de Port-Saïd s’est déroulée le 1er février 2012 à Port-Saïd en Egypte, en marge d’un match du championnat d’Égypte de football opposant le club d’Al Masry, basé à Port-Saïd et celui d’Al Ahly SC, basé au Caire. 

Au moins 72 personnes ont trouvé la mort après que de nombreux supporters locaux ont pris d’assaut les tribunes du stade et le terrain suite à la défaite (1-3) de leur club. 

Il s’agit de l’incident le plus meurtrier de l’histoire du football égyptien. De nombreuses personnes ont péri, piétinées dans les bousculades, mais aussi poignardées ou après avoir chuté des gradins.

Stockholm, 2014

Le 30 mars 2014, le match entre les deux clubs suédois de football Helsingborg et Djurgardens dans le cadre du Championnat de Suède de football a été arrêté en raison de l’envahissement du terrain par des supporters.

Les supporters du Djurgardens ont appris la mort de Stefan Isaksson, un de leurs confrères, frappé avec une bouteille à la tête et décédé à l’hôpital. La foule s’est donc mise à hurler « Assassin, assassin » et les fans ont ensuite couru sur le terrain. Le match a été interrompu.

Charleroi, 2015

Le 16 juillet 2015 le Royal Charleroi Sporting Club (club belge de football) a affronté le Beitar Jérusalem (club israélien de football) dans le cadre d’un tour de qualification de la Ligue Europa 2015-2016.

Lors du match, les supporters des deux équipes se sont affrontés, cassant des sièges et bombardant le terrain de divers objets. 

Bien que la police soit intervenue dans les tribunes, le match n’a pas été arrêté. Le Comité de discipline de l’UEFA a imposé au Beitar Jérusalem une amende d’un montant de 95.000 euros en raison des émeutes provoquées par les fans israéliens.

En outre, lors de deux matchs suivant de la Coupe d’Europe, le club israélien a été obligé de fermer l’une des tribunes du stade. Deux joueurs ont été notamment expulsés au cours de la rencontre.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire