Marche contre la ZET à Aokas



AOKAS (Tamurt) – A l’appel du collectif citoyen de sauvegarde de la bande boisée d’Aokas, la population a organisé, le lundi, une marche de la placette mitoyenne à la poste de la localité jusqu’aux sièges de la daïra et de la mairie où ils ont remis, par le biais de leurs représentants, des copies de la pétition signée par des partis politique et des associations dans laquelle ils demandent l’annulation du projet de construction d’hôtels au détriment d’une bande boisée dont 1600 arbres y seront sacrifiés.
Des dirigeants politiques locaux et les animateurs du mouvement associatif ont pris la parole, à tour de rôle, pour crier haut et fort leur désapprobation de la destruction de cette bande boisée, constituée essentiellement d’eucalyptus et de pin maritime laquelle joue, non seulement le rôle de poumon écologique, mais aussi celui de rempart aux vents et sels marins qui menacent, durant l’hiver, l’agriculture.
Venus en soutien à leurs amis d’Aokas, des militants associatifs de la ville voisine de Souk El Tenine, ont également pris la parole pour dénoncer  ce massacre programmé pour satisfaire une poignée d’investisseurs, triés sur le volet, auxquels ont été attribuées toutes les parcelles délimitées dans toute la bande boisée située entre Aokas et Souk El Tenine érigée, pour la circonstance, en deux zones dites d’expansion touristique.
Alors que d’autres parcelles ont été attribuées, auparavant, pour la réalisation d’hôtels ont été délaissées par leurs propriétaires, le pouvoir récidive en procédant à l’attribution de tout une région sans s’inquiéter de la suite donnée par les premiers pseudo-investisseurs. Une manière de narguer la population locale qui refuse le diktat des autorités d’Alger et de Bgayet.
Massidida pour Tamurt       
 
 

Source : Massidida

Laisser un commentaire