La mariée aux pieds d’argile(4). Adapté par Hammar Boussad.



Arrivée à Tafargust son village natal, Fafuc se rend compte qu’elle ne pourrait plus continuer de vivre avec Tamensurt, la femme de son cousin, la seule personne qui manifestait pour elle de la pitié et de la compassion. Tamensurt est elle-même en butte à d’énormes problèmes depuis le départ de ses enfants en exil. Dépossédée de ses biens, elle est réduite à servir d’esclave.

Les autres femmes de ses cousins ne veulent plus d’elle. Alors, elle décide de voler de ses propres ailes. Elle aménage la vieille maison délabrée de ses parents qu’elle nettoie et crépit avec de la bouse de vache.

La fête de l’Aïd approche, elle appréhende de voir des voisines malveillantes venir l’insulter avec des morceaux de viande pour lui rappeler sa misérable condition de veuve pauvre et solitaire.

Fafuc poussa un énorme soupir et regarda au ciel comme pour défier le bon Dieu et s’adressa à lui d’une voix forte et émouvante :

-« Tout le monde prend plaisir à parsemer ma route d’embûches et d’obstacles. Il ne reste que toi mon Dieu. Qu’attends-tu pour redoubler de férocité et décupler tes forces contre Fafuc ? Si je me suis égaré du droit chemin, est-ce que tu ne portes pas une responsabilité ? N’est-ce pas toi mon créateur ? Tu prétends être au service de toutes tes créatures sans exception. Alors, pourquoi fais-tu la sourde oreille devant mes soucis et mes préoccupations ?

Il restait dix jours pour la fête du sacrifice. Fafuc met un haïk, prend son fils Makhlouf et décide de partir en ville avant le chant du coq. Elle met les pieds en ville pour la première fois de sa vie. Elle est émerveillée par tout ce qu’elle voit. Pour elle, c’est un autre monde. Les immeubles lui semblent accrochés aux nuages, hauts dans le ciel. Les routes goudronnées sont dépourvues de poussière. Les boutiques et les maisons sont alignées d’une manière ordonnée. Les gens vaquaient à leurs occupations avec un air pressé. Les buissons, les figues de barbarie, les crottins des animaux, les cailloux…ont disparu comme par enchantement.

Fafuc et son fils se sont installés à côté d’une boutique d’alimentation générale. Fafuc tendait la main aux passants qui lui donnaient des pièces de monnaie. Un jeune donna à son fils une baguette de pain et un sachet de lait. Pour une fois, Makhlouf but du lait à satiété. Il déversa même une partie par terre qu’un chat de passage s’empressa de laper. Rassasié, le chat dormit à côté de Makhlouf. En attendant l’autobus, Fafuc resta sans le savoir devant une taverne  qui était très fréquentée par des gens propres, riches et respectables. Tous ceux qui sortaient du bar donnaient tout ce qui restait de monnaie dans leurs poches.

L’autobus arrive, Fafuc et son fils retournent à la maison avec une forte somme d’argent. Ils retourneront encore les jours suivants pour amasser de l’argent.

Fafuc acheta un bouc blanc et des vêtements neufs pour son fils.

Elle este les enfants de son cousin en justice, revendiquant la part d’héritage de la terre qui revenait de droit à son père. Mais, c’était impensable à l’époque. Pour les aïeux, la fille est interdite d’héritage pour éviter la mainmise des étrangers sur leurs terres en sachant que la fille pourrait contracter éventuellement une alliance avec un étranger.

Tous les gens du village : hommes et femmes insultèrent Fafuc et se liguèrent contre son projet insensé. Devant la levée de boucliers générale, Fafuc abandonne son projet  et décide de retourner à la ville de Tizi-Ouzou. Elle rencontre par hasard son  amie Messad qui a fui de la campagne de Bejaïa pour des raisons presque similaires. Elle vivra quelques temps avec elle dans un taudis. Fafuc travaillait dans un lycée et son fils vendait des cigarettes et des bonbons en ville. Chaque soir, Messad lui racontait une partie de sa triste et longue histoire. Un jour, on affecta un logement social à Messad. Cette dernière rejoint son nouveau logis avec ses enfants et laissa le vieux taudis à Fafuc et son fils…A suivre…

Extrait du roman de Racid Buxerrub intiulé « Tislit n ughanim ».

Laisser un commentaire