Martin Luther King : Son rêve a survécu. Par Hammar Boussad.



Il y’a des hommes et des femmes exceptionnels qui resteront immortels dans les cœurs et les mémoires des gens. Chacun d’eux dans son domaine a apporté de la joie, de la lumière, de l’espoir, du réconfort. Ils ont sacrifié leur vie vies pour combattre l’esclavagisme, la famine, l’ignorance,, la violence, le racisme, la ségrégation raciale et tant de fléaux sociaux qui gangrènent l’humanité.

Avec l’art et la manière, ils ont crée, découvert, inventé, dessiné, sculpté, écrit, chanté, composé…des choses magnifiques qui attestent chaque jour de leur grandeur. Leurs noms resteront gravés pour l’éternité dans le cœur de l’humanité. Parmi ces astres scintillants au firmament, j’ai choisi aujourd’hui de vous parler de Martin Luther King, le pasteur noir Américain.

Il est né en 1929 aux U.S.A, plus exactement en Atlanta, en Géorgie. Il voulait devenir avocat ou médecin mais la grande influence exercée par son père d’abord et ensuite le Mahatma Mohandas Gandhi, ont fait de lui un pasteur.

Très jeune, le pasteur noir est révolté par la ségrégation raciale imposée par ses frères  blancs. Martin Luther King ne pouvait plus supporter les injustices que subissaient quotidiennement les noirs de la part de ses concitoyens blancs.

Il activa dans un mouvement antiracisme en prônant la philosophie pacifiste chère à Gandhi. Il ne tarda pas à devenir le leader de ce mouvement. En 1963, il donna son célèbre discours à Washington « I have a dream » qui restera gravé dans les annales de l’histoire Américaine. Dans son discours, il dit son rêve de voir un jour les blancs et les noirs vivre comme des frères unis par le même destin.

En 1964, il obtient le prix Nobel de la paix.

En 1965, la loi fédérale permet aux noirs de voter pour la première fois.

En 1968, un intégriste blanc qui ne croyait pas aux rêves des noirs assassina Martin Luther King.

En 1983, le congrès américain décréta son anniversaire jour férié à l’échelle nationale pour lui rendre hommage. Son rêve a survécu.

Laisser un commentaire