Mausolée d’Imedghassen : les premiers résultats des relevés architecturaux



Dans le cadre du programme d’appui à la protection du patrimoine culturel (UAP), des experts de l’Union européenne ont présenté, mercredi soir à Batna, les premiers résultats des relevés d’architecture du mausolée d’Imedghassen.

La journée d’études organisée mercredi 25 mars dernier à Batna était l’occasion pour les experts de l’Union européenne, dans le cadre du programme d’appui à la protection du patrimoine culturel (UAP) cofinancé par l’Union européenne et l’Algérie, d’annoncer les premiers résultats des relevés d’architecture du mausolée d’Imedghassen. Le relevé achevé en février dernier est suivi par une étude, assurée par une équipe d’experts du bureau international Louis-Berger.

Selon Matteo Malvali, expert et responsable de l’UAP, des techniques de dernière génération dont un scanner en trois dimensions ont été utilisées pour les relevés architecturaux effectués sur le site du mausolée en janvier dernier. Des techniques qui ont permis, a-t-il souligné, d’identifier avec précision les parties nécessitant une intervention pour la restauration du monument.

La mission de l’UAP n’est pas de se contenter d’intervenir directement mais « d’apporter un appui technique aux énergies existant en Algérie » en multipliant, également, les échanges et la coopération avec les pays partageant les mêmes préoccupations dans le domaine de la préservation du patrimoine.

La journée d’étude, organisée conjointement par l’association Les amis d’Imedghassen et du ministère de la Culture, a permis de focaliser l’attention sur la mise en valeur du site d’Imedghassen qui figure sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La rencontre a également permis, en plus d’un aperçu historique sur le site et son importance au triple plan local, national et international, de présenter des cas de bonnes pratiques sur la mise en valeur de sites similaires dans d’autres pays, et de mettre en relief l’importance de plans de gestion pour ce type de vestiges à haute valeur patrimoniale.

Jugurtha Hanachi

Lire l’article depuis sa source : lematindz.net

Laisser un commentaire