Mesures sociales: «Programme parallèle» en Grèce



Lutte contre l’austéritéLe Parlement grec a adopté samedi soir un «programme parallèle» de mesures sociales en contrepartie des ajustements budgétaires dictés par les bailleurs de fonds l’été dernier.

Le Parlement grec a adopté samedi soir un programme de mesures sociales visant à amortir les effets de l’austérité. La mesure phare accorde une couverture santé aux citoyens sans sécurité sociale, soit quelque 2,5 millions de personnes.

Le programme prévoit aussi un accès aux soins gratuit pour les populations vulnérables, enfants, immigrés, handicapés. Le texte vise également à améliorer le fonctionnement des services publics de santé, déjà notoirement déficient avant la crise et gravement grippé par six ans d’austérité. Il prévoit la création de «centres sociaux» locaux de soutien aux plus pauvres.

Le texte fait partie du «programme parallèle» promis aux Grecs par le gouvernement d’Alexis Tsipras en contrepartie des ajustements budgétaires dictés par les bailleurs de fonds l’été dernier, en échange de nouveaux prêts de 86 milliards d’euros. L’adoption de ces mesures avait été ajournée en décembre dans l’attente d’un feu vert de l’UE et du FMI.

La loi a été votée par la majorité gouvernementale alliant la gauche radicale Syriza à la droite souverainiste Anel et qui dispose de 153 députés sur 300 au Parlement. L’opposition de droite et d’extrême-droite a voté contre, tandis que l’opposition centriste du Potami, socialiste et communiste, a voté blanc.

Fronde sociale généralisée

Au cours du débat, le rival conservateur d’Alexis Tsipras, Kyriakos Mitsotakis, a dénoncé un assemblage brouillon de mesures hétéroclites, et accusé le gouvernement d’aggraver la crise par sa gestion. «Notre politique a le seul caractère requis en temps de crise, elle est patriotique. Le pays doit sortir de la crise», a riposté Alexis Tsipras.

Le gouvernement Tsipras a relancé l’adoption de ces mesures alors qu’il fait face pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir, en janvier 2015, à une fronde sociale généralisée contre la réforme des retraites qu’il prépare à la demande des créanciers du pays. (ats/nxp)

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire