Mme Faraoun évoque avec le président de la BAD les possibilités de renforcer le partenariat dans les TIC



ALGER- Les possibilités et les moyens de renforcement du partenariat dans le secteur des TIC ont été évoqués mardi à Alger par la ministre de la Poste et des technologies de l’information et de la communication, Mme Houda-Imane Faraoun, et le président de la Banque africaine de développement (BAD), indique mercredi un communiqué de ce ministère.

La ministre a exprimé, à l’occasion, ses remerciements au représentant de la BAD pour « l’appui apporté au projet de recadrage de la stratégie e-Algérie et l’élaboration de la démarche de mise en oeuvre de l’axe e-GOV », précise la même source.

Elle a mis l’accent sur la nécessité de « favoriser l’utilisation des TIC dans le développement économique (…) à travers l’usage des nouvelles technologies pour la diversification de l’économie nationale avec la possibilité de l’émergence d’une économie fructueuse », d’autant plus, relève-t-elle, que l’Algérie « dispose de compétences et de ressources humaines lui permettant de tirer profit des moyens matériels et intellectuels mis à sa disposition ».

La ministre a évoqué, par ailleurs, la nécessité de « favoriser le développement d’un contenu numérique africain ayant pour objet le développement d’un web africain ».

Mme Faraoun a exprimé son souhait de « renforcer les relations entre l’Algérie et l’Afrique en matière de TIC », soulignant « la nécessité de promouvoir la coopération dans l’innovation et le développement technologique, ainsi que le renforcement de la coopération dans le domaine de la poste et des télécommunications ».

Mettant en exergue la volonté de l’Algérie à « concrétiser les projets inscrits et d’en inscrire d’autres encourageant les partenariats africains », la  ministre a souligné « la volonté de l’Algérie de bénéficier de toutes les opportunités offertes par la BAD ».

De son coté, le président de la BAD a souligné que sa visite « s’inscrit dans la cadre du renforcement des relations existant entre l’Algérie et la  BAD », exprimant sa « satisfaction quant à l’avancement des travaux du projet en cours avec le MPTIC ».

Il a évoqué, dans ce sens, les objectifs du programme africain financé à travers un fond spécial de la BAD dédié à la création de l’emploi de  jeunes, ce qui « contribuera principalement à absorber le taux de chômage en Afrique.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire